Tarbes lourdement sanctionné par la DNACG

  • Tarbes lourdement sanctionné par la DNACG
    Tarbes lourdement sanctionné par la DNACG
Publié le , mis à jour

Reçu jeudi dernier par le Conseil Supérieur de la DNACG, le TPR a été informé de sa sanction en fin de journée. Face à une situation financière plus que délicate, la sanction prononcée est exemplaire.

Face à la situation critique du Tarbes Pyrénées Rugby, la DNACG aurait, selon nos informations, décidé d’infliger une double sanction au club bigourdan : un retrait de quinze points et une relégation administrative prononcée à l’issue de l’actuelle saison sportive. Les dirigeants du club bigourdan auraient été informés de la décision en fin de journée, avant l’officialisation par la LNR qui devrait intervenir dans la journée de demain. Cette double sanction devrait être motivée par plusieurs griefs, évoqués par Midi Olympique dans son édition du lundi 23 novembre. En plus du déficit financier (1,6 millions d’euros) conduisant à la relégation administrative, ce serait le montage du budget qui aurait conduit les responsables le gendarme financier à prononcer un tel retrait de points. C’est une première dans l’histoire du rugby professionnel qui imposera à Tarbes de se sauver sportivement mais, également, de combler son déficit s’il entend se sauver...

La menace du dépôt de bilan n’est pas écartée

Le TPR devrait faire appel de la décision rendue par le Conseil Supérieur de la Direction Nationale d’Aide et de Contrôle de Gestion. Ses dirigeants sont toujours à la recherche des fonds nécessaires pour assurer la survie immédiate du club. En effet, les présidents Antoine Nunés et Jean-Pierre Davant continuent leur mission principale, c’est-à-dire sauver le club et éviter un dépôt de bilan qui menace toujours. Le commissaire aux comptes a lancé une procédure d’alerte « pour faits délictueux » auprès du tribunal de commerce en raison « d’une insuffisance budgétaire remettant en cause l’existence du club ».

1,6 millions à trouver

Depuis son audition devant la DNACG en milieu de semaine dernière, le TPR est à la recherche de 1 630 000 euros pour se remettre à flots. La fidélité de plusieurs partenaires aurait déjà permis de récolter 350 000 euros. Pour soutenir cet élan de solidarité, une augmentation du capital, ouverte à tous, est en cours jusqu’à jeudi soir dans la limite de 1 000 000 d’euros par émission d’actions de 0,21 €. Les dirigeants espèrent que les amoureux du club se mobiliseront en force. De leur côté, ils poursuivent leur recherche de nouveaux partenaires, notamment au niveau national, alors que le maire Gérard Trémège leur a apporté un précieux soutien. En effet, la mairie est prête à accorder une subvention exceptionnelle de 100 000 euros mais aussi a assuré le remboursement d’un prêt à hauteur de 30 % alors que le TPR envisage d’emprunter 700 000 euros à la banque. Reste à trouver d’autres cautions pour obtenir l’accord bancaire. Les dirigeants tarbais iront aussi, ce vendredi, plaider leur cause au Conseil départemental pour obtenir le vote d’une nouvelle subvention. N.A.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?