Les cinq plus belles performances de Thierry Dusautoir

  • Les cinq plus belles performances de Thierry Dusautoir
    Les cinq plus belles performances de Thierry Dusautoir
Publié le , mis à jour

Retour rapide sur la carrière du capitaine français le plus sélectionné (56 fois aux commandes des Bleus). Cinq grands moments où son style basé sur l'engagement sans lilite et la détermination ont fait merveille.

18 août 2007 : France - Angleterre à Marseille
Il vient d'être appelé à la dernière minute dans la liste des Mondialistes après la blessure de Elvis Vermeulen. Thierry Dusautoir pâtit alors d'une réputation de joueur malchanceux toujours blessé au mauvais moment quand il s'agit de prouver ses vraies capacité. Bernard Laporte le teste à Marseille en match de préparation contre l'Angleterre. Il tire son épingle du jeu en gênant au maximum Jonny Wilkinson. La France gagne (22-9), Laporte le note sur ses tablettes. Il sera l'un des grands bénéficiaires de la défaite initiale contre l'Argentine pour trouver une place de titulaire en sélection.
 
6 octobre 2007 France-Nouvelle-Zélande à Cardiff
Sans doute son chef d''oeuvre. Les Bleus annoncés mal en point signent l'exploit du Mondial organisé (en théorie) sur leur sol. Ils font dérailler la machine des All Blacks sans même bénéficier de l'avantage de jouer à domicile puisque la deuxième place de la poule les obligé à joueur leur quart au pays de Galles (le seul qui ne soit pas en France). Les Français sont survoltés dès le haka et Thierry Dusautoir réussit à lui seul vingt-neuf plaquages (trente huit si l'on compte les assistances). Il marque même le premier essai au bout d'une action collective à dix-sept passes. Ce jour-là, il entre dans la légende.
 
13 juin 2009 Nouvelle-Zélande-France à Dunedin
Marc Lièvremont l'a nommé capitaine du XV de France. Vu son style de jeu, on le compare de plus en plus à Jean-Pierre Rives. Thierry Dusautoir inaugure sa fonction par une tournée en Nouvelle-Zélande, trente ans après l'exploit d'Auckland, chef d'oeuvre de son prédécesseur. Le théâtre de la consécration de "Titi" sera plus au sud, à Dunedin. Sous son autorité, les Bleus battent les All Blacks 27-22. Il devient le premier capitaine depuis quinze ans à conduire les Français au succès au pays roi du rugby. Sa prestation est impeccable, les All Blacks s'embrouillent encore devant sa détermination presque tranquille.
 
26 février 2010 Galles-France à Cardiff
Le match n'est pas forcément resté dans les mémoires mais il fut emblématique de la performance des Bleus, ce Grand Chelem 2010 basé sur une défense de fer et l'exemple permanent d'un capitaine au four et au moulin. Ce jour-là, les Bleus s'imposent 26-20 en assommant les dangereux Gallois d'entrée de jeu. Sans fioriture, Dusautoir abat sa besogne avec une constance impressionnante, un rugby d'engagement plus que d'inspiration qui résumera sa formidable carrière.
 
23 octobre 2011 Nouvelle-Zélande-France à Auckland
Encore les All Blacks mais cette fois pour une défaite. Nous sommes en finale de la Coupe du Monde et les Français s'inclinent par la plus courte des marges (8-7). Ils sont pourtant les plus forts, mais l'arbitre sud-africain M.Joubert n'ose pas prendre ses responsabilités, tétanisé par l'enjeu colossal. Thierry Dusautoir marque le seul essai français entre les poteaux en position de trois quart centre, servi par Rougerie. En plus, il tient en tenaille les attaquants all blacks pendant 80 minutes devant un public médusé qui se prépare au pire. Le coup de pouce du destin ne viendra pas. Richie McCaw brandit le trophée mais c'est bien Thierry Dusautoir qui est sacré "meilleur joueur du monde" de l'année 2011. Pas mal pour un perdant.
Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?