Thierry Dusautoir : « Heureux et chanceux »

  • Thierry Dusautoir : « Heureux et chanceux »
    Thierry Dusautoir : « Heureux et chanceux »
Publié le , mis à jour

Après avoir répondu à quelques questions rapides à propos du match face à Oyonnax, Thierry Dusautoir a très vite été questionné concernant sa décision de mettre fin à sa carrière internationale en conférence de presse. Le capitaine des Bleus explique les raisons de cette décision.

Thierry, qu’est ce qui a fait que vous avez pris cette décision d’arrêter avec l’équipe de France ?

Je pense que c’était tout simplement le bon moment pour arrêter. J’ai connu de grands moments avec cette équipe de France, d’autres plus difficiles. J’ai tout de même passé neuf années dans cette équipe. Il est évident que je ne participerai pas à la prochaine Coupe du monde. D’après moi, il n’y avait aucune raison de continuer pour faire le Tournoi des VI Nations avec comme seul objectif de gagner des sélections supplémentaires. J’ai eu la chance de jouer contre les meilleurs joueurs du monde pendant neuf ans. Aujourd’hui je pars heureux et chanceux d’avoir eu ces opportunités.

Êtes-vous arrivé devant Guy Novès avec cette décision déjà prise ou avez-vous échangé ?

Il y a bien sûr eu un échange mais je savais déjà ce que je voulais faire. De son côté, Guy a besoin de construire son équipe assez rapidement afin qu’elle soit performante le plus vite possible. Moi, je ne suis pas un joueur d’avenir donc cela aurait été presque un non-sens que je sois pris pour ce Tournoi.

Cette décision s’est elle imposée rapidement pour vous après le Mondial ?

Oui. C’est quelque chose à laquelle j’avais déjà réfléchi avec même que la Coupe du monde ne débute. Je pensais que c’était un bon moment pour s’en aller après un tel événement. Il est vrai que la manière dont s’est déroulée notre sortie a fait que j’ai pris mon temps car cela m’a beaucoup affecté. Je sais que les décisions prises à chaud sont parfois les pires donc j’ai préféré prendre mon temps. Je me suis posé, reposé, j’ai discuté avec ma famille, mes amis, j’ai repris mes marques ici dans mon club. Et la décision s’est imposée.

Y’a-t-il eu un moment plus fort que les autres dans votre carrière internationale ?

Toutes les opportunités de porter le maillot du XV de France ont été des grands moments pour moi. Même lorsque nous avons perdu, été renversé par certaines nations, cela n’a pas été facile. Jouer pour l’équipe de France n’est pas quelque chose de simple. Et ce qu’il l’est encore moins c’est de perdurer dans cette équipe pendant neuf ans. C’est une remise en question permanente. Pour ma part, je chéris tous les instants passés en Bleu. Ce serait trop simple de ne garder en tête que les bons moments en voulant effacer les moins bons. Même les moments difficiles ont été importants car j’en ai tiré beaucoup d’apprentissages.

Plusieurs noms ont circulé pour prendre votre succession en tant que capitaine. Comment voyez-vous les choses ?

Ce n’est plus mon souci. Maintenant, je vois les choses comme un simple supporter du XV de France. Quel que soit le capitaine choisi, j’espère qu’il saura mener ses joueurs et aura leur confiance afin de porter nos couleurs au plus haut possible. Car, quelque part, l’Équipe de France c’est un peu notre équipe à tous et le fait qu’elle obtienne de bons résultats, c’est important pour le rugby français mais aussi pour les supporters. Dans tous les cas, je serai un inconditionnel supporter.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?