Aironi – Biarritz : Une victoire historique pour ces Italiens !

  • Aironi – Biarritz : Une victoire historique pour ces Italiens !
    Aironi – Biarritz : Une victoire historique pour ces Italiens !
Publié le , mis à jour

La seule victoire d’une équipe italienne en Coupe d’Europe fut l’œuvre d’Aironi un soir de décembre 2010 au stade Luigi Zaffanella à Viadana. Avec une victoire contre le Biarritz Olympique dans les tous derniers instants (28 – 27).

Dans sa première année d’existence, la franchise italienne de rugby Aironi aurait pu rêver mieux comme poule pour démarrer en Coupe d’Europe. Elle était effectivement engagée avec Biarritz, alors vice-champion d’Europe, ainsi que l’Ulster et Bath. Les Italiens n’espéraient pas remporter un match de sitôt. Ils l’ont pourtant fait face à des Biarrots qui étaient alors leaders de la poule. Ils l’ont également fait alors même qu’ils ont longtemps été menés et dominés et qu’ils avaient très mal commencé le match en encaissant deux essais coup sur coup. D’abord sur maul par l’intermédiaire du talonneur Romain Terrain. Puis huit minutes plus tard, Takudza Ngwenya aplatissait en force en bout de ligne. Toutefois, le score était très serré à la mi-temps, puisque juste avant la mi-temps l’ouvreur d’Aironi, Marshall alla inscrire de façon opportuniste un essai en prolongeant à plusieurs reprises le ballon du pied. Donnant le score de 11 à 12 pour Biarritz à la mi-temps. Les Biarrots sont revenus des vestiaires, déterminés inscrivant un essai dès la 42e minute. Essai de belle facture, en ayant rapidement trouvé l’aile où se trouvait Balshaw qui conclut l’action. Mais ce sursaut fut de très courte durée, puisque six minutes plus tard l’ailier Toniolati inscrivit un nouvel essai pour Aironi. Suite à une superbe combinaison après une touche qui permit à Williams de franchir la défense et trouver à son extérieur son ailier. De ce fait, les Basques sont repartis à l’assaut et à la 58e minute, Gimenez marque le quatrième essai du BO synonyme de bonus offensif. Mais seulement quatre minutes plus tard, ils se sont encore fait surprendre par des Italiens qui ont crânement joué leur chance et l’ailier Pratichetti tel un avant, alla aplatir au ras d’un ruck. Les Italiens reprenaient le score. Avant que Yachvili ne redonne l’avantage aux Biarrots avec une pénalité à sept minutes de la fin. Traille manqua un drop quelques minutes plus tard. Avant que l’arrière français d’Aironi, Julien Laharrague, ne fasse basculer le match. D’une part, par une superbe percée à la 76e minute, qui l’amena de ses quarante mètres jusqu’à l’entrée des 22 mètres biarrots. Le jeu rebondit avec Matias Aguero. Et après plusieurs phases de jeu, Tebaldi écarta sur Julien Laharrague qui tenta le drop de la victoire. Monsieur Fitzgibbon l’accorda, trois points synonymes de victoire pour la franchise italienne.

La responsabilité du staff biarrot

À l’époque, les Biarrots visaient la première place du groupe et étaient donc venus chercher la victoire bonifiée après deux succès. Mais les Biarrots ont certainement péché par orgueil et complexe de supériorité. Le directeur sportif de l’époque, Laurent Rodriguez, avait surtout pointé la faute du staff dont il faisait partie dans les colonnes du Midi Olympique : « Nous sommes honteux. C’est une belle leçon d’humilité pour la saison et même pour les années à venir. Mais on ne peut pas toujours s’en prendre aux joueurs. Aujourd’hui le staff technique aussi n’a pas été à la hauteur. Nous avions tellement insisté sur le fait de réussir une bonne entame que les joueurs l’ont fait en marquant deux essais en quinze minutes. Puis ensuite on s’est cru arrivés. Nous avons baissé la garde et avons fini par être ridicules dans notre façon de redonner confiance à l’adversaire. Mais je le répète, l’encadrement est passé à côté : moi-même, Jean-Michel Gonzalez et Jack Isaac. » Assurément une façon de protéger ses joueurs, mais cela n’empêcha pas Serge Blanco de piquer une colère pour que ses joueurs se ressaisissent. Car si ce fut une contre-performance, les Biarrots ont quand même pris un double bonus sur ce match et l’ont largement emporté la semaine suivant face à ces mêmes Italiens (34 — 3). Cette défaite n’aura donc finalement pas perturbé le destin biarrot en Coupe d’Europe cette année-là. Puisqu’ils terminèrent premiers de la poule et ont reçu Toulouse en quart de finale.

Première victoire dans la jeune et courte existence d’Aironi

Ce drop à la dernière minute de Julien Laharrague donna la première et unique victoire de cette franchise en Coupe d’Europe. Mais aussi la première victoire de leur histoire. 2010 était effectivement sa première année d’existence. Avant ce match contre Biarritz, les Italiens affichaient le bilan cuisant de dix défaites pour 0 victoire. Ce succès contre le Biarritz Olympique, un superbe coup du destin pour cette franchise qui s’éteignit au terme de la saison suivante, en 2012. Ce sont ensuite les Zebre qui les ont remplacés. M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?