Alexis Palisson : « J’espère que mon aventure au Stade commence vraiment »

  • Alexis Palisson : « J’espère que mon aventure au Stade commence vraiment »
    Alexis Palisson : « J’espère que mon aventure au Stade commence vraiment »
Publié le , mis à jour

Gravement blessé au genou la saison passée, l’ailier international Alexis Palisson a été très peu utilisé depuis le début de saison. Mais, entré en jeu face à Oyonnax samedi dernier, il devrait encore faire partie du groupe toulousain pour le déplacement décisif pour l’avenir européen du club, à l’Ulster ce vendredi soir.

Propos recueillis par Jérémy FADAT

Personnellement, comment abordez-vous ce déplacement à l’Ulster ?

Avec beaucoup de plaisir. Déjà, avoir l’opportunité de pouvoir enchaîner deux matchs, même si je ne sais pas encore si je serai dans les vingt-trois vendredi, fait du bien. Je suis content de partir avec le groupe, de participer aux entraînement et de me sentir impliqué.

Et cette entrée en jeu face à Oyonnax samedi dernier vous a aussi fait du bien …

Oui. C’était ma deuxième apparition cette saison mais comparé aux vingt minutes à Montpellier, où on n’avait fait que défendre pour conserver le résultat, où il y avait beaucoup de pression et où je n’avais pas touché le ballon … Là, j’ai pu me rassurer au moins au niveau de mon rugby. Je n’avais pas joué depuis longtemps et récemment, avec tous les problèmes de blessure dans le groupe, on m’avait gardé au chaud au cas où et je n’avais pas pu aller avec les Espoirs par exemple. Physiquement, je me sens bien. J’avais des petits soucis au dos mais l’adrénaline les a fait oublier. C’était bon de pouvoir rechausser les crampons.

Aviez-vous perdu confiance ?

Non, car les blessures, c’est quelque chose à part. Cela vient de ton corps mais ce n’est pas dû à des mauvaises performances. Je l’ai plutôt bien vécu et j’ai essayé de voir les choses positivement. A mon poste, certains joueurs ont fait un super début de saison mais j’espère qu’aujourd’hui, mon aventure au Stade commence vraiment.

Surtout avec cette double confrontation contre l’Ulster qui se présente ?

Cette compétition est historiquement importante à Toulouse même si on a eu du mal à y entrer cette saison. Ce seront deux matchs décisifs qui vont décider de notre sort européen.

Vous avez déjà remporté cette Coupe d’Europe avec Toulon. Quel rapport avez-vous avec cette compétition ?

Je garde de très bons souvenirs dans cette compétition. Surtout la fois où je l’ai gagnée en étant sur le terrain (en 2013, contre Clermont, N.D.L.R.). Tout va très vite en Coupe d’Europe. Je me souviens de Bernard Laporte qui nous disait toujours à Toulon : «Chaque rendez-vous est un match éliminatoire». Il n’y a presque pas de joker même si nous avons déjà grillé le nôtre cette saison.

L’ambition du Stade toulousaine est-elle toujours la même en Coupe d’Europe ?

Notre ambition, elle est d’aller loin dans les deux compétitions. Je peux vous assurer que, dans le groupe, tout le monde veut gagner. On en a besoin. Nous sommes partis sur une nouvelle aventure cette saison et on aimerait que cela porte vite ses fruits.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?