Toulouse, le naufrage collectif

  • Toulouse, le naufrage collectif
    Toulouse, le naufrage collectif
Publié le , mis à jour

Surclassés dans tous les secteurs de jeu par une équipe de l’Ulster qui leur a imposé un rythme d’enfer, les Toulousains ont été humiliés à Belfast ce vendredi soir. Pour la première fois de son histoire européenne, le Stade n’a pas inscrit le moindre point (0-38).

Ulster — Toulouse 38-0

Par Jérémy Fadat

Le résumé

Dire que l’opposition entre les deux équipes n’a jamais existé ce vendredi est un doux euphémisme. Ou peut-être alors durant les dix premières minutes… Car s’ils ont attendu la 23e pour inscrire leur premier essai par l’intermédiaire de Williams, les Irlandais ont rapidement posé leur griffe sur cette rencontre. Au point de littéralement humilier le Stade toulousain. En lui imposant des séquences interminables, en le franchissant à de multiples reprises et en le dominant en conquête. Bref, en le surclassant dans tous les secteurs de jeu. Jusqu’à mener 17-0 à la pause. Jusqu’à, surtout, s’offrir le bonus offensif grâce à cinq essais au total. Contre aucun aux Toulousains, lesquels n’ont, pour la première fois de leur histoire européenne, pas affiché le moindre point au tableau d’affichage. Un naufrage.

Le fait du match

Les défaillances toulousaines ont été si nombreuses à Belfast qu’il devient difficile d’en ressortir une. Mais à choisir, c’est peut-être le total de plaquages ratés qui interpelle dans les rangs français. Vingt-six à l’arrivée. Trop. Beaucoup trop pour espérer exister à ce niveau-là. Alors certes, les Irlandais ont proposé aux hommes d’Ugo Mola un volume de jeu impressionnant et les ont constamment agressés. Mais pas au point d’expliquer de telles erreurs défensives sur le plan individuel, avec peut-être une mention spéciale pour le duo McAlister-Flood qui est apparu totalement dépassé. Offrant des intervalles aux joueurs de l’Ulster, lesquels n’en demandaient pas tant.

Le joueur

Stuart McCloskey. Et dire qu’il est le troisième, voire quatrième, choix au centre de l’attaque irlandaise… En l’absence de Darren Cave et de Jared Paynes, les habituels titulaires blessés pour ce rendez-vous européen, Stuart McCloskey était associé à Luke Marshall. Et il a juste été sensationnel. Chacune de ses prises de balle s’est révélée déterminante. Puissant, rapide et inventif, il a fait vivre un enfer à Toby Flood durant toute la soirée, lequel a été éliminé à plusieurs reprises par son homologue irlandais. Et le clou du spectacle ? Il est intervenu à la 54e minute quand McCloskey s’est offert un raid solitaire au cœur de la défense toulousaine pour inscrire le quatrième essai des siens et donner le bonus offensif à l’Ulster. Du très grand art.

Les meilleurs

On pourrait citer l’ensemble de l’équipe de l’Ulster tellement celle-ci a paru cohérente, organisée et efficace. Mais comment ne pas souligner la performance encore une fois magistrale du talonneur et capitaine Rory Best. Lequel, au cœur d’une première ligne largement dominatrice, a été impérial. Ou encore du troisième ligne centre Nick Williams, auteur du premier essai et qui, malgré un carton jaune récolté en première mi-temps, a imposé sa puissance dans l’axe du terrain. Mention également à la charnière Pienaar-Jackson qui a parfaitement alterné et dynamisé. Aucun mauvais choix pour un orchestre magnifiquement huilé. Enfin, outre McCloskey (voir au-dessus), Andrew Trimble a prouvé qu’il restait un des meilleurs ailiers d’Europe. Un essai inscrit sur un exploit personnel et un autre sauvé avec un plaquage héroïque sur Jean-Marc Doussain. Côté toulousain, le désastre fut collectif. Seul Gaël Fickou mérite d’être cité, lui qui a toujours réussi à avancer dans la défense irlandaise.

La fiche technique

À Belfast, Kingspan Stadium — Vendredi 20 h 45 — 16 016 spectateurs

Arbitre : M. Barnes (Angleterre)

Évolution du score : 7-0, 10-0, 17-0 (MT) ; 24-0, 31-0, 38-0.

Ulster : 5E Williams (23e) Trimble (39e) L. Marshall (45e) McCloskey (54e) Henry (72e) ; 5T Jackson (23e, 39e, 45e, 54e) Humphreys (72e) ; 1P Jackson (30e)

Carton jaune : Williams (36e)

Toulouse : aucun point

Cartons jaunes : Bézy (29e), Camara (40e)

Ulster : 15. Ludik ; 14. Trimble (23. Scholes 79e), 13. L. Marshall, 12. McCloskey, 11. Gilroy ; 10. Jackson (22. Humphreys 64e), 9. Pienaar (21. P. Marshall 64e) ; 7. Henry, 8. Williams (20. Wilson 53e), 6. Diack ; 5. Van der Merwe (19. Ross 73e), 4. O’Connor ; 3. Herbst (18. Lutton 64e), 2. Best (16. Herring 57e), 1. McCall (17. Warwick 59e).

Toulouse : 15. Poitrenaud ; 14. Clerc, 13. Fickou (23. Palisson 65e), 12. Flood, 11. Médard ; 10. McAlister, 9. Bézy (22. Doussain 55e) ; 7. Dusautoir (cap.), 8. Picamoles (21. Galan 17e-20. Lamboley MT), 6. Camara ; 5. Tekori, 4. Maestri (19. Maka 67e) ; 3. Johnston (18. Aldegheri 50e), 2. Flynn (16. Marchand 15e-19e-50e), 1. Kakovin (17. Baille 50e).

Les buteurs

Jackson : 4T/4, 1P/1, Humphreys : 1/1 ; Flood : 0P/2

Les meilleurs

Ulster : Best, Van der Merwe, Henry, Williams, Pienaar, Jackson, McCloskey, L. Marshall, Trimble.

Toulouse : Fickou

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?