C’était 2015 – La fin de l’ère Novès à Toulouse

  • C’était 2015 – La fin de l’ère Novès à Toulouse
    C’était 2015 – La fin de l’ère Novès à Toulouse
Publié le , mis à jour

37 ans passés à Toulouse. Joueur puis entraîneur reconnu, Guy Novès a voué sa vie au Stade Toulousain. Après plus de 1 000 matchs disputés sous les couleurs Rouge et Noir et de nombreux titres, l’entraîneur emblématique a décidé de quitter ses terres pour prendre la sélection française.

Il était l’image du Stade toulousain. Celle qui a traversé plusieurs générations. Arrivé à Toulouse en 1975 en tant que joueur, Guy Novès a traversé les années avec des hauts et des bas mais tout de même plus de hauts. Son palmarès parle pour lui.

LE JOUEUR

Le rugby est arrivé tard dans la vie de Guy Novès. Licencié en athlétisme, il est, encore maintenant, le recordman de France cadet du 1 200 m, une discipline qui n’est plus courue aujourd’hui. Ce n’est qu’à 20 ans que le Toulousain découvre le rugby et, très vite, il intègre le Stade toulousain. 1975 marque donc son entrée dans le grand bain et deux ans plus tard, Novès découvre les joies de la sélection nationale. En deux saisons, il portera les couleurs de la France à sept reprises mais n’inscrira aucun point. Mais, dans son club, il devient vite incontournable et participe à 259 matchs en treize années passées au club. Auteur de 415 points, il contribuera largement aux titres de champions de France 1985 et 1986 ainsi qu’à la Coupe de France en 1984 et du Challenge Yves du Manoir en 1988 alors qu’il met un terme à sa carrière de joueur. Pour autant, Guy Novès et le Stade Toulousain sera une histoire qui durera bien au-delà de ces treize saisons.

L’ENTRAÎNEUR

À la suite de sa carrière de joueur, Guy Novès a tout de suite pris une nouvelle fonction, celle d’entraîneur. Deux saisons durant, il sera le coach de certains de ses anciens coéquipiers. Mais cette expérience n’est pas une réussite car la transition ne se fait pas si facilement surtout du point de vue des joueurs de l’époque. Guy Noves se retire donc et fait son retour trois ans plus tard aux côtés de Serge Laïrle. Cette fois, la mayonnaise prend et le duo rafle les titres. Un quadruplé historique en championnat de France (1994, 1995, 1996, 1997) ainsi qu’un Challenge Yves Du Manoir (1995) et une Coupe d’Europe (1996) viennent compléter le palmarès toulousain déjà bien rempli. Et ce n’est que le début pour l’entraîneur. Après cela, le Toulousain raflera encore trois Coupes d’Europe et cinq championnats de France. En 2015, il apprend qu’après 37 ans consacrés entièrement au Stade toulousain, le manager va devenir sélectionneur, une suite que beaucoup estiment logique.

LE SÉLECTIONNEUR

Il aura fallu quatre années à Guy Novès pour passer le cap. En effet, en 2011, alors que Marc Lièvremont s’apprête à quitter son poste de sélectionneur en équipe de France, Pierre Camou, président de la FFR, propose au Toulousain de prendre la suite. À ce moment, ce dernier refuse car il estimait ne pouvoir travailler qu’avec des personnes de confiance, autrement dit des Toulousains avec qui il avait l’habitude de travailler. De plus, Guy Novès avait voulu rester à Toulouse pour être proche de son père. Quatre ans plus tard, c’est de lui-même que le coach toulousain postule au poste de sélectionneur du XV de France. En concurrence avec de multiples entraîneurs comme Raphael Ibanez ou encore Clive Woodward, sélectionneur de l’Angleterre en 2003, c’est finalement le 31 mai qu’il est officiellement nommé comme successeur de Philippe Saint André. Dans les mois qui suivent il constitue son staff et prouve son envie de travailler avec des gens qu’il connaît, comme il l’avait annoncé quatre ans plus tôt. Ainsi Yannick Bru et Jean-Frédéric Dubois, deux de ses anciens joueurs, composent le staff tricolore. Afin de clore comme il se doit le chapitre Noir et Rouge de sa carrière, les Toulousains ont tenu à lui rendre un vibrant hommage après la rencontre Stade toulousain – Grenoble du 7 novembre. Pour l’occasion, des anciens joueurs ayant évolué pour lui tels que Cédric Heymans, Erik Bonneval, Yves Donguy ou encore Trevor Brennan étaient de retour à Ernest Wallon. Un moment fort en émotion pour l’ex-entraineur des Rouge et Noir qui est apparu très ému au moment de son discours devant les tribunes du stade pleines. La page toulousaine est donc bel et bien tournée, il est temps maintenant pour Guy Novès de se consacrer pleinement au XV de France. D’ailleurs, très vite, il prendra ses premières grosses responsabilités en dévoilant sa toute première liste de joueurs pour disputer son premier Tournoi des VI Nations. Justine Esteve.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?