Trois raisons de voir Sébastien Bézy en Bleu

  • Trois raisons de voir Sébastien Bézy en Bleu
    Trois raisons de voir Sébastien Bézy en Bleu
Publié le , mis à jour

Parmi les nouveautés annoncées dans la prochaine et première liste de Guy Novès pour le XV de France, le nom de Sébastien Bézy revient avec insistance. Voici pourquoi.

Le nouveau sélectionneur cherche un éjecteur

C’est d’abord une question de profil, plus que supériorité pure sur ses concurrents directs. Après l’ère du tout physique prônée par Philippe Saint-André, Guy Novès souhaite remettre l’ambition offensive au cœur des préoccupations de son équipe. Pour gagner, d’abord, puisque c’est finalement le seul objectif qui vaille vraiment. Pour séduire, ensuite. « L’équipe de France n’est pas là pour prendre du plaisir, elle est là pour en donner » a martelé l’ancien homme fort du Stade toulousain depuis sa prise de fonction. La quête de vitesse s’inscrit donc en filigrane, parmi les critères ciblés. Joueur fin mais dynamique, qui colle au ballon et doté d’une passe vive, Sébastien Bézy entre dans ce costume. Son bon début de saison, avec les Toulousains, plaide en ce sens.

Il bute

Cela peut paraître un constat banal mais, dans le contexte français, il pèse. Sébastien Bézy est un buteur fiable, régulier et régulièrement utilisé dans l’exercice à Toulouse. Avec succès, puisqu’il signe un probant 19 sur 21 (90 % de réussite) dans l’exercice depuis le début de la saison, en Top 14. Un critère qu’il partage avec Morgan Parra, concurrent plus expérimenté à son poste et également à son avantage dans cet exercice. Clairement une corde à leur arc, dans l’optique d’intégrer le XV de France de Guy Novès.

Il incarne une forme de renouveau

C’est un jeu de chaises musicales classique et inéluctable. Après chaque Coupe du monde, le rugby français enregistre, comme les autres, une vague de retraites internationales. Et une nouvelle vague, incarnation de la jeunesse montante, pointe le bout de son nez. S’il n’y a pas de grande lessive à attendre, la prise de fonctions de Guy Novès s’accompagnera nécessairement de ce phénomène. Du haut de ses 24 ans, Bézy colle au profil de cette jeunesse qui s’est déjà forgé une solide expérience en Top 14. Suffisant pour postuler à l’équipe de France ? Sa forme du moment fait le reste. Et le voir figurer, mardi, parmi les noms égrainés par le nouveau sélectionneur serait tout sauf une surprise.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?