C’était 2015 - L’Algérie prend son envol

  • C’était 2015 - L’Algérie prend son envol
    C’était 2015 - L’Algérie prend son envol
Publié le , mis à jour

2015 restera comme l’an 1 du rugby algérien avec la naissance d’une Fédération et le premier match de l’histoire de la sélection nationale.

L’Algérie n’est pas encore le 103e membre de World Rugby – simplement membre associé – mais que de chemin parcouru depuis février 2007 et ce premier rassemblement de joueurs, à Nabeul, en Tunisie, pour y affronter la sélection tunisienne. « Personne ne se connaissait et nous nous sommes retrouvés là, tous ensemble », se rappelle Azzouz Aïb, l’actuel manager des Algériens et ancien joueur de Fédérale 1 (Millau, Le Bugue, Grasse), passé par les espoirs de Brive. « C’est à cette occasion que j’ai croisé Sofiane Benhassen (actuel et premier président de la Fédération, N.D.L.R) et Djemaï Tebani (le sélectionneur). » Une rencontre déterminante.

Car dès cet instant, les trois hommes ne vont plus compter leur temps et leur argent pour relancer le rugby en Algérie, disparu depuis l’indépendance et le départ des colons. « Tout a commencé fin 2007 par la fondation du club du Stade oranais, d’une école de rugby et d’une association. » C’est cette association qui prend dès lors à sa charge la responsabilité des joueurs en sélection, sauf pour ceux évoluant en France, qui sont eux couvert par l’assurance d’une association franco-algérienne créée pour l’occasion. « C’était du bricolage, reconnaît avec fierté Azzouz Aïb. Mais il fallait bien que l’on s’organise pour convaincre le ministère des Sports du bien-fondé de ce projet et obtenir la reconnaissance de la Fédération internationale. »

Une première réussie

Entre 2007 et 2015, la sélection algérienne se retrouve donc régulièrement pour divers matchs. En juin dernier, elle participe à la Crescent Cup, une compétition à six avec la Malaisie, le Liban, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et l’Iran. Malgré la défaite en finale contre la Malaisie, l’expérience s’avère concluante, le potentiel est là. Le gouvernement donne son aval et la Fédération algérienne de rugby voit le jour le 17 novembre. Sofiane Benhassen en devient le premier président de l’histoire.

A peine un mois plus tard, le vendredi 18 décembre dernier, quand les « Guerriers du désert » foulent la pelouse du stade Ahmed-Zabana d’Oran, l’émotion est palpable. Outre l’hommage rendu lors de l’avant-match à notre collègue Jérôme Fredon — « La victoire lui est dédiée », confie Azzouz Aïb – lui qui avait été le premier journaliste à suivre cette épopée (un trophée du match sera remis prochainement à ses parents par Aziz Bougja, le président de Rugby Afrique), cette rencontre face à la Tunisie (victoire 16-6), devant 9000 spectateurs, restera dans les annales comme le premier match officiel de l’Algérie, qui rêve désormais de Coupe du monde. Ludovic Favre

Ludovic Favre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?