Lille et Tarbes privés de dessert

  • Lille et Tarbes privés de dessert
    Lille et Tarbes privés de dessert
Publié le , mis à jour

Deux clubs ont été lourdement sanctionnés pour des problèmes administratifs alors que sportivement les joueurs lillois et tarbais avaient fait plus que leur travail. Retour sur deux cas d’école du rugby professionnel.

Ces deux clubs auraient dû s’affronter cette année. Seulement en raison de très graves problèmes financiers, Lille a été privé de montée en Pro D2 et Tarbes a été doublement sanctionné et devrait être éjecté du rugby professionnel.

Les Lillois ont tout tenté pour faire valider leur montée historique en Pro D2, obtenu de mains de maître sur le terrain. Seulement, la DNACG, puis la commission d’appel de la FFR, puis le conciliateur du CNOSF et enfin Tribunal arbitraire du sport ont tous rejeté leur recours. La position jusqu’au boutiste des Lillois a été le feuilleton de l’été d’une situation qui au départ était simple. Le LMR avait gagné le droit sportivement de jouer enfin au niveau professionnel mais il n’en avait ni les structures, ni la capacité financière.

Dès juin, la DNACG avait empêché le LMR de monter en Pro D2 après avoir mis au jour des dettes d’environ 800 000 euros datant de la période 2011-2014. Le club avait indiqué avoir épongé ce déficit en moins de trois semaines, notamment après avoir récolté plus de 100 000 euros grâce à une campagne de financement participatif sur Internet. Il a même déjà bâti un budget pour la saison 2015-2016 avoisinant les cinq millions d’euros, avec 33 joueurs professionnels, dont dix nouvelles recrues. Un gros gâchis. Aujourd’hui, Lille se débat toujours avec ses problèmes financiers tandis que ses joueurs eux évoluent en Fédérale 1 où ils font mieux que se défendre.

À Tarbes aussi, ce n’est pas le sportif qui pose problème. Au contraire depuis les révélations du déficit abyssal du club, les joueurs enchaînent week-end après week-end les bonnes performances. En effet, la DNACG a découvert après le début de la saison, un déficit chronique de plus d’un million d’euros sur un budget supérieur à quatre mais aussi et surtout que des faux documents avaient été émis pour l’élaboration de celui-ci. En conséquence fin novembre, elle prononçait à l’égard du TPR une double sanction.

- un retrait de 15 points dans le championnat actuel de Pro D2

- une relégation administrative en division inférieure à la fin de la saison 2015-2016.

En clair, le TPR va disparaître du paysage rugbystique professionnel à l’issue de la saison. Le club s’est lancé dans une immense opération de sauvetage financier. Il a fait appel des deux décisions mais les faits sont tellement graves que l’on voit mal la FFR, et les autres juridictions possibles donner raison aux dirigeants actuels.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?