Allo Maman, bobo…

  • Allo Maman, bobo…
    Allo Maman, bobo…
Publié le , mis à jour

On évoque rarement les mamans dans le monde du rugby. Et pourtant, elles sont souvent le premier soutien de leurs enfants et le rempart naturel des difficultés qu’ils peuvent rencontrer… Témoignages.

Des impacts spectaculaires. Des stars body buildées. Des performances à la hausse, décortiquées en statistiques informatisées. On en oublierait presque que les joueurs de rugby ont une mère. Elles sont là, pourtant, à veiller sur leurs enfants. À trembler pour leurs bleus au corps et à l’âme, surtout à l’âme. À essayer de leur ramener les pieds sur terre, surtout, quand les sirènes de l’argent et de la starisation se font de plus en plus présentes. Il est vrai que le salaire moyen d’un rugbyman professionnel, de 8 000 à 10 000 euros mensuels, est dix fois plus élevé que le smic. Leur préoccupation principale, c’est « l’après ». Une fois qu’une blessure, une méforme durable ou tout simplement la fin de carrière aura mis fin au rêve. Au moment où il faudra revenir dans la « vraie vie ». Nous avons choisi d’en faire témoigner six, toutes mères de joueurs et joueuses de haut niveau. À travers leurs regards, c’est une des faces cachées du rugby professionnel qui se dévoile. Un regard un peu décalé par rapport à l’habitude. Loin de la performance, des montants des transferts et des schémas tactiques. Rémi UZAN

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?