Tout bonus pour Grenoble

  • Tout bonus pour Grenoble
    Tout bonus pour Grenoble
Publié le , mis à jour

Sous pression avant ce derby de Rhône-Alpes, les Grenoblois ont su faire le nécessaire pour obtenir, comme voilà un an, un succès primé face à leurs voisins haut-bugistes.

Grenoble – Oyonnax 42-17

Par Zanardi Nicolas

LE MATCH

On s’attendait à un combat de tranchées, un énorme combat d’avants pour lequel le pack d’Oyonnax semblait taillé, qui plus est dans des conditions climatiques attendues comme apocalyptique. Fallait-il y voir un signe ? Le fait est que la pluie cessa par miracle à quelques minutes du coup d’envoi. Et comme sa conquête réalisa un match propre en conservant tous ses ballons, les individualités grenobloises purent mettre en place leur jeu et faire valoir un fond de jeu supérieur. À l’usure, en multipliant les longues séquences, les Alpins ont ainsi fait exploser la défense d’Oyonnax, particulièrement mal organisée à la retombée de ses propres jeux au pied. Les contre-attaques d’Aplon, bien relayées par l’ailier Nemani ou le troisième ligne Alexandre, ont ainsi fait peser un danger constant sur Oyonnax, permettant au FCG de s’adjuger dès la mi-temps un précieux bonus offensif qu’il s’appliqua surtout à ne pas perdre en seconde période. Même si tout ne fut pas parfait, à commencer par une indiscipline criante dans les vingt dernières minutes…

LE TOURNANT

On aurait pu parler du carton jaune de Tian, durant lequel l’USO encaissa deux essais… Mais à la vérité, il résida plus sûrement dans les quatre erreurs consécutives de l’ouvreur Haut-Bugiste Régis Lespinas, en moins de dix minutes. En effet, alors que l’USO menait plutôt bien sa barque, celui-ci envoya directement en touche un coup d’envoi avant de commettre, cinq minutes plus tard, un grossier en-avant dans ses propres 22 mètres, puis de manquer deux pénalités dans ses cordes. Rien de catastrophique, nous direz-vous ? En soi non, bien entendu… Sauf que les deux erreurs de Lespinas ont été le point de départ de deux mêlées gagnantes pour le FCG, qui inscrivit une pénalité puis un essai, tandis que ses deux pénalités manquées ne permirent pas de combler immédiatement ce passif de dix points. Le trou étant fait au score, les Grenoblois commencèrent alors à se libérer. Et à déployer leur jeu en toute confiance, dont le carton jaune de Tian ne fut jamais qu’une conséquence…

L’ACTION

Il s’agit bien sûr de l’essai inscrit à la 36e minute par Charl McLeod, au départ et à la conclusion d’une splendeur de contre-attaque. C’est en effet le demi de mêlée grenoblois qui, sur ses propres 40 mètres, disputa à la régulière à Ma’afu une chandelle bottée par Denos. Alerté par une longue passe de Wisniewski, l’arrière Gio Aplon se lançait alors dans un festival, échappant aux avants oyonnaxiens pour retrouver son flanker Fabien Alexandre avant de redoubler son partenaire. Le troisième ligne isérois rendait alors le ballon à Aplon d’une magnifique passe à l’aveugle qui ouvrait la voie de l’en-but au Sud-Africain, lequel se voyait repris à cinq mètres de la ligne mais conservait la lucidité d’offrir, à genoux, un ballon d’essai à son demi de mêlée.

LES JOUEURS

On aurait pu parler ici de Gio Aplon, dont les relances supersoniques ont constamment mis à mal la défense haut-bugiste au point de voir le public du Stade des Alpes scander son nom après son essai, ou du deuxième ligne Hendrik Roodt, dont le retour à la compétition a ramené puissance et confiance au cinq de devant grenoblois. Mais à dire vrai, la grosse performance fut probablement réalisée par les deux flankers du FCG, Stephen Setephano et Fabien Alexandre. Le premier fut tout simplement impressionnant en défense, distribuant en première période plusieurs cartons qui ont dégoûté les attaquants de l’USO. Quant au second, il fut particulièrement présent en attaque, les trois-quarts alpins ne manquant jamais de soutien au large. Le meilleur exemple résidant évidemment dans cette passe aveugle sur l’essai de McLeod, digne des meilleurs créateurs du Top 14… Une performance aboutie, récompensée par un essai en force mérité.

FICHE TECHNIQUE

À Grenoble – Samedi à 15 heures – 14 000 spectateurs

Arbitre : M. Garcès (Béarn)

Évolution du score : 0-3, 3-3, 6-3, 11-3, 18-3, 25-3 (MT) ; 32-3, 32-10, 35-10, 42-10, 42-17

Grenoble : 5E Nemani (25e), Roodt (31e), McLeod (36e), Aplon (43e), Alexandre (60e) ; 4T Wisniewski (31e, 37e, 44e, 61e) ; 3P Wisniewski (15e, 19e, 55e)

Blessé : Roodt (cheville)

Oyonnax : 2E Tian (48e), Fa’asavalu (69e) ; 2T Lespinas (48e), Robinson (69e) ; 1P Lespinas (6e)

Carton jaune : Tian (29e)

Blessé : De Marco (bras cassé)

Grenoble : 15.Aplon ; 14.Nemani, 13.Farrell, 12.Hunt (22.Mignot 58e), 11.Dupont ; 10.Wisniewski (21.Bosch 63e), 9.McLeod (20.Saseras 72e) ; 7.Alexandre, 8.Grice, 6.Setephano (19.Diaby 51e) ; 5.Roodt (18.Kimlin 55e), 4.Hand ; 3.Edwards (23.De Klerk 51e-78e), 2.Héguy (16.Jammes 58e), 1.Taumalolo (17.Coulson 70e).

Oyonnax : 15.Denos ; 14.Tian, 13.Boussès, 12. Yobo, 11.Codjo ; 10.Lespinas (22.Robinson 48e), 9.Cibray (cap.) (21.Blanc 65e) ; 7.Missoup (20.Fa’asavalu 58e), 8.Ma’afu (19.Wannenburg 55e), 6.Ursache ; 5.Metz (18.De Marco 61e), 4.Robson ; 3.Guillamon (23.Clerc 51e), 2.Maurouard (16.Bordes 65e), 1.Tonga’uhia (17.Delboulbès 61e).

LES BUTEURS

Wisniewski 4T/5, 3P/4. Lespinas 1T/1, 1P/3. Robinson 1T/1.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?