Guirado, l’humilité du nouveau boss

  • Guirado, l’humilité du nouveau boss
    Guirado, l’humilité du nouveau boss
Publié le , mis à jour

Le Catalan Guilhem Guirado a été officiellement nommé capitaine du XV de France pour le prochain Tournoi des 6 Nations par le sélectionneur Guy Novès. Le talonneur de 29 ans, Oscar d’or Midi Olympique 2015, a été une des rares satisfactions de la dernière Coupe du monde.

Une gentillesse non feinte, un sourire toujours présent, Guilhem Guirado est un homme agréable, plaisant à côtoyer. D’humeur toujours égale, il a toujours été un bon camarade pourrait-on dire. Un garçon longtemps dans l’ombre, d’une grande humilité, mais important dans une équipe, aussi bien dans le vestiaire que sur le terrain. Et s’il n’a jamais été officiellement capitaine durant sa carrière, il a tout de même occupé la fonction à Perpignan lors de la saison 2013-2014. « Je ne suis devenu capitaine qu’en raison de la blessure de Bertrand Guiry, rappelait Guilhem Guirado dans les colonnes de Midi Olympique du 28 décembre, Ce que j’ai apprécié, c’est que nous étions six ou sept joueurs à pouvoir l’être et à essayer d’accompagner au mieux l’équipe […] Mais cela a renforcé ma conviction selon laquelle le capitaine n’est rien sans une bande de copains derrière, et encore moins s’il ne peut pas compter sur des relais autour de lui. » L’ancien Usapiste n’a jamais été du genre à se mettre en avant, préférant la force du collectif et avançant dans le monde professionnel sans avoir perdu de vue les enseignements de l’école de rugby.

Guilhem Guirado n’a jamais cherché la lumière. De son année au Pôle France de Marcoussis avec l’équipe de France des moins de 19 ans à son avènement au RCT, son seul leitmotiv a toujours été la performance sur le terrain. Et tant pis si les projecteurs se braquent sur ses coéquipiers comme c’est le cas à Toulon : « Je ne suis certes pas capitaine en club mais j’ai la chance d’être entouré à Toulon de très grands joueurs qui ont une tout autre expérience que moi. Cela ne me gêne pas de n’être qu’un simple relais. Le plus important, c’est qu’à chaque match l’équipe de France soit motivée à 100 % pour gagner et revenir au niveau qui a été le sien. » Guirado veut être un fédérateur, sans grand souci des étiquettes ou des privilèges de sa nouvelle fonction : « Je me vois surtout appuyer sur les notions de plaisir, et de la nécessité de retrouver une force collective. Mais il faut aussi rester à sa place. Pour moi, ce rôle des discours est l’apanage du manager. Dans mon esprit, le capitaine est surtout là pour accompagner les autres joueurs. » De nature calme en dehors du terrain, le talonneur des Bleus a une énergie communicative sur le terrain. Il espère pouvoir la transmettre à toute l’équipe de France.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?