Méné prône l’apaisement

  • Méné prône l’apaisement
    Méné prône l’apaisement
Publié le , mis à jour

Le directeur de la commission centrale de l’arbitrage, Didier Méné, revient sur la polémique née après l’arbitrage de Stade français-Toulouse dimanche. Et il souhaite qu’elle s’arrête là.

Si Didier Méné n’a jamais eu la langue dans la poche, il n’est pas homme à mettre de l’huile sur le feu quand ce n’est pas nécessaire. Et selon lui, ce qui s’est passé dimanche à Jean-Bouin n’a rien de particulièrement marquant. « C’est quand même incroyable que cette affaire fasse plus parler que Pau-La Rochelle par exemple », nous a-t-il confié en préambule, évoquant le dernier essai de la rencontre refusé aux Rochelais. Selon le patron des arbitres, aucune sanction n’est envisageable. Pas à l’encontre de M. Cardona, tout d’abord : « Selon moi, les trois décisions (les deux essais refusés et le dernier accordé, N.D.L.R.) sont bonnes. Il n’y a pas eu d’erreur d’arbitrage selon moi, mais un manque de communication. Personne n’a compris pourquoi il accordait l’essai. Il a oublié de dire que l’arbitre vidéo voyait le toucher à terre mais ne voyait pas l’en-but, et que c’est l’arbitre de touche qui avait complété l’information pour qu’il accorde l’essai. Cela a entraîné une incompréhension et une frustration qui aurait pu être évitée. Nous avons un système pour punir nos arbitres – cela arrive même si on ne le rend pas public – mais dans le cas présent, il n’en est pas question. On sanctionne si on met un jaune au lieu d’un rouge, si on accorde un essai qui n’y est pas etc. »

Aucun joueur cité

Pas de sanction, non plus, réclamée à l’encontre de Gaël Fickou ou Maxime Médard, malgré leur attitude véhémente, qui a marqué les esprits : « C’est vrai qu’un joueur s’est avancé vers l’arbitre, c’est assez rare et je pense que c’est lié au fait que le Stade toulousain a perdu à la toute fin du match. Ainsi, la frustration était plus grande que dans d’autres conditions. Il y avait un contexte émotionnel. Mais tant qu’il n’y a pas d’incorrection, il n’y a pas lieu de sanctionner. » Si elle fait beaucoup parler dans la presse et sur les réseaux sociaux, l’affaire est close, donc, pour le corps arbitral français. M. Cardona n’a d’ailleurs pas signalé le comportement des joueurs dans son rapport à l’issue du match. Dont acte.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?