Super 18 : bientôt le départ !

  • Super 18 : bientôt le départ !
    Super 18 : bientôt le départ !
Publié le , mis à jour

Le Super Rugby nouvelle version débutera dans cinq semaines, le 16 février. A cette occasion, notre site vous propose un tour d’ensemble de la prestigieuse compétition de l’hémisphère Sud.

Vingt ans après la création du Super 12 en 1996, et même trente ans après la création de son ancêtre le South Pacific Championship (compétition créée par une initiative néo-zélandaise et qui regroupait les provinces néo-zélandaises de Canterbury, Auckland et Wellington, les sélections australiennes des États de Nouvelle Galles du Sud et du Queensland, ainsi que l’équipe nationale des Fidji), le Super Rugby évolue encore. De 12 à 14, de 14 à 15, et enfin de 15 à 18, le championnat ne cesse de s’agrandir. Cette année, il réunira dix-huit franchises, cinq d’Australie, six d’Afrique du Sud, cinq de Nouvelle-Zélande, une du Japon et une d’Argentine. Les trois petits nouveaux viennent d’horizon divers : Les Jaguars, d’Argentine, ne sont rien moins que des Pumas déguisés… Au point d’inspirer la peur chez leurs adversaires alors qu’ils n’ont pas encore fait leur entrée dans la compétition. Étonnant direz-vous ? Pas du tout… il suffit de regarder le parcours de l’Argentine au dernier Mondial pour se dire que ces Jaguars-là se posent en prétendant légitime à la qualification. L’autre nouveau venu est une franchise japonaise, les Sunwolves qui, à la différence des Jaguars, sont affaiblis par rapport à leur sélection nationale. Ils ne pourront pas compter sur leur buteur star Ayumu Goromaru, parti au Reds, ni sur leur capitaine Michael Leitch qui reste aux Chiefs, ou encore leur puissant numéro huit Amanaki Mafi, recruté par Bath. Enfin, les Sud-africains des Southern Kings de Port-Elizabeth décrochent leur licence définitive et viennent compléter le trio de petits nouveaux.

Nouveau format

Alors, comment les organisateurs s’y sont-ils pris pour organiser tout ce petit monde ? Comme vous pouvez vous en douter, le format de la compétition est réorganisé, avec un passage de trois à quatre groupes régionaux appelés « conférences », elles-mêmes placées dans deux « poules » : la poule Australasie (Nouvelle-Zélande et Australie) et la poule Sud-africaine (Afrique du Sud, Japon et Argentine). La compétition, plutôt complexe, se déroule en deux phases. Vous êtes prêt ? Bien, alors à vos stylos : La première consiste en une phase de championnat, pendant laquelle chacune des franchises jouera quinze matches de phase régulière étalées sur 17 semaines. Dans chaque poule, chaque équipe affronte en toutes les autres équipes en matchs aller-retour, les autres équipes de la poule une seule fois et enfin les équipes d’une des deux autres conférences une seule fois. Ainsi, pour 2016, les équipes de la conférence Afrique du Sud 1 joueront contre les équipes de la conférence australienne, tandis que celles de la conférence Afrique du Sud 2 joueront contre les équipes de la conférence néo-zélandais. Vous suivez ?

À la fin de cette première phase, les vainqueurs de chacune de quatre conférences sont directement qualifiés pour les quarts de finale, et auront l’avantage de recevoir. Les quatre autres qualifiés sont les trois suivants du classement de la poule Australasie et la meilleure équipe sud-africaine au classement. Dès lors, un classement de 1 à 8 est établi : les quatre premiers sont classés selon leur nombre de points de 1 à 4, et les quatre autres qualifiés sont classés de 5 à 8, puis le 1 affronte le 8, le 2 le 7 etc. Les vainqueurs disputent les demi-finales (29-30 juillet) toujours sur le terrain du mieux classé. La finale, prévue au 6 août, aura lieu sur le terrain du mieux classé des finalistes. Les Highlanders, tenant du titre, sauront-ils garder leur trophée ? Rendez-vous début août. Mais d’ici là, place au spectacle !

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?