Béziers enfin de retour au premier plan ?

  • Béziers enfin de retour au premier plan ?
    Béziers enfin de retour au premier plan ?
Publié le , mis à jour

Si le temps où Béziers enfilait les boucliers de Brennus comme des perles paraît bien loin, le club actuellement en Pro D2 renaît de ses cendres. Troisièmes du championnat, les Biterrois sont bien placés dans la course aux demi-finales. Entre années fastes et années galères, retour sur le parcours de ce club historique.

Si Manny Edmonds préfère rester prudent et « prendre les matchs les uns après les autres » comme il l’a déclaré dans nos colonnes, force est de constater que son équipe apparaît comme un sérieux prétendant à la montée en Top 14. Deuxième meilleure attaque du Pro D2, l’ASBH propose un rugby séduisant qui pourrait raviver des souvenirs aux supporters du « Grand Béziers » des années 70/80. Après avoir obtenu onze titres de champion de France entre 1961 et 1984 (dont 10 entre 71 et 84), le club Héraultais a connu une longue traversée du désert. S’ils ont souvent joué les phases finales de la première division après leurs différents Brennus, la gagne n’est plus au rendez-vous. Pourtant entraîné par Richard Astre (ancien demi de mêlée du club pendant les années fastes), au début des années 90, le club n’est plus que l’ombre de lui-même. Béziers est même relégué à l’échelon inférieur en 1999. En difficulté, l’ASBH s’en remet à l’arrivée du Groupe Nicollin à la tête du club. Un an plus tard, les Biterrois remportent le titre de champion de France de l’Élite 2. Les supporters se remettent à rêver. Sous l’impulsion de joueurs comme Dourthe, Privat, Laharrague ou encore Mignoni le club affiche ses ambitions. Le retour de Béziers au plus haut niveau se solde même par une qualification pour les phases finales du nouveau Top 16 en 2002. Ce beau parcours va lui permettre de retrouver les joutes européennes un an plus tard. Mais malheureusement pour eux, les pensionnaires du stade de la Méditerranée ne vont pas réussir à pérenniser le club au sommet du rugby français. Après un exercice 2004-2005 difficile, Béziers descend en Pro D2.

2 016 pour retrouver les sommets ?

Deux fois éliminé aux portes de la finale d’accession dès son retour en deuxième division, Béziers s’est peu à peu relâché. Toujours dans le top 6 du classement depuis 2005, l’ASBH a sombré en 2009 terminant dernier du Pro D2. Louis Nicollin quittant le navire, le club méditerranéen est alors en eaux troubles. N’échappant pas à la règle qui le caractérise, le club aux onze Brennus va enchaîner les bons et moins bons résultats. Après deux ans de purgatoire en Fédérale 1, le club remonte dans l’antichambre du Top 14. La saison 2011-2012 sonne comme un tournant dans l’histoire récente des Bitérrois. À nouveau condamnés au monde amateur, ils vont être sauvés par la relégation administrative de Bourgoin. Sur la voie de la pérennisation dans le monde professionnel, Béziers termine à chaque fois entre la douzième et la dixième place. L’arrivée au poste d’entraîneur de Manny Edmonds en 2012, paraît être le remède de la stabilité. Celui qui vient de prolonger son contrat de trois années supplémentaires est en passe de redonner à Béziers son lustre d’antan. Avec huit points d’avance sur Colomiers sixième, les troupes de l'Australien doivent maintenant tout faire pour jouer une demi-finale à domicile pour pourquoi pas...Quentin Berthomé.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?