Challenge Cup : Grenoble, Brive, et Castres y croient encore

  • Challenge Cup : Grenoble, Brive, et Castres y croient encore
    Challenge Cup : Grenoble, Brive, et Castres y croient encore
Publié le , mis à jour

A deux journées de la fin, plusieurs clubs français ont perdu tout espoir de qualification dans la petite Coupe d’Europe. Mais l’espoir demeure pour Brive, Grenoble et Castres, qui disputeront des matchs capitaux.

Pour La Rochelle, Montpellier, Agen ou Pau, la Challenge Cup ne présente plus vraiment d’intérêt. Concentrées sur les échéances du Top 14 où elles bataillent pour le maintien ou la qualification, ces formations sont décrochées de la course à la qualification européenne. Mais fort heureusement, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Et en cette nouvelle fenêtre européenne, on devrait encore entendre des supporters hurler au stade ou devant leur télé pour supporter leur équipe. À commencer par les Grenoblois, qui se déplacent chez les London Irish ce week-end. Premiers de poule avec 14 points devant les Irish et Edimbourg qui en comptent deux de moins, les hommes de Fabrice Landreau vont tout simplement disputer l’un des matchs les plus importants de la saison. Rien que ça. Un succès devrait suffire à leur qualification.

Brive et Castres peuvent le faire

Pour Brive et Castres, la situation est un peu plus délicate. Les Brivistes recevront en effet ce week-end le leader de leur poule, les Irlandais du Connacht. Les hommes de Pat Lam comptent deux points d’avance sur ceux de Nicolas Godignon. Les Brivistes doivent donc vaincre, et de préférence assez largement. Ensuite, ils devront s’imposer à Newcastle. Pas simple, quand on sait que les Falcons se sont montrés accrocheurs à Amédée-Domenech (13-9).

Pour Castres, c’est presque pire ! En effet, les hommes de Christophe Urios n’auront pas l’avantage de jouer à domicile et se déplacent au pays de Galles pour défier le leader de leur poule, Newport. Pour rappel, ils les avaient déjà vaincu à Pierre-Antoine, mais d’une courte tête (32-29). Le défi pour les Tarnais est donc immense. Mais c’est le prix à payer pour s’inviter dans les phases finales. Par Simon Valzer.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?