Maxime Veau : «L’équipe n’a pas baissé les bras»

  • Maxime Veau : «L’équipe n’a pas baissé les bras»
    Maxime Veau : «L’équipe n’a pas baissé les bras»
Publié le , mis à jour

Avant d’affronter le probable demi-finaliste, Bayonne, Maxime Veau revient sur la motivation du TPR depuis la terrible décision de la DNACG.

propos recueillis par Romane Paulin

Avec du recul, comment avez-vous vécu la situation depuis la décision de la DNACG, soit sept semaines?

Nous sommes encore et toujours dans l’attente puisque la prochaine décision a lieu le 20 janvier. On essaye de ne pas y penser pour l’instant et de se concentrer sur le jeu en tant que tel. Notre devoir et de faire notre travail sur le terrain même si il est certain que dans les têtes ce n’est peut-être pas évident pour certains et beaucoup se posent des questions : entre ceux qui ont signé à nouveau et ceux qui sont encore sous contrat, la situation est toujours aussi délicate.

Au vue des résultats et de vos 11 points engrangés durant les derniers matches, il semble que l’équipe n’ait pas baissé les bras...

Non l’équipe n’a pas baissé les bras. L’état d’esprit du groupe me semble remarquable et tout cela se remarque sur le terrain. C’est la raison pour laquelle il ne faut surtout pas baisser les bras, surtout pour les mecs qui sont en fin de contrat: il ne faut pas oublier qu’en cas de descente du club, le but est d’en retrouver un autre rapidement. C’est donc dans notre intérêt propre de s’arracher sur le terrain tous les week-end.

Avant la date fatidique du 20 janvier, comment abordez-vous le match face à Bayonne, demi-finaliste virtuel?

Nous avons conscience que ça va être un match très compliqué puisque c’est une équipe qui joue clairement la montée. Nous nous attendons à un gros match, surtout dans les conditions météorologiques actuelles qui ne vont pas nous aider pour mettre en valeur notre jeu. Nous allons en plus devoir faire face à un gros paquet d’avants chez les Bayonnais avec un banc conséquent donc nous devons nous attendre à jouer un match difficile à négocier. Si nous faisons les choses comme nous les faisons depuis plusieurs semaines, c’est à dire ne rien lâcher face à l’adversité, nous ne pourrons rien nous reprocher à la fin de la rencontre.

La composition de l’Aviron bayonnais, ce soir, est significative: vous semblez être une équipe redoutée malgré votre place au classement général...

Je ne sais pas si nous sommes redoutés où si les équipes viennent ici pour prendre des points... Il est certain qu’avec nos derniers résultats les équipes adverses voient qu’on ne lâche pas et que nous restons nous-mêmes jusqu’à la fin, mais ce qui est sûr c’est que le match de ce soir promet d’être rude physiquement.

Quelles seront vos armes pour espérer récupérer des points face à eux?

Actuellement il pleut à Tarbes, il fait froid, je pense donc que ça va vraiment être un match d’avants avec un gros pack. Il faudra dominer en mêlée et gagner nos ballons en touche sans faire de fautes, ce qui notre pêché mignon, et continuer à être performants en défense comme nous l’avons été ces derniers temps. l’occupation au pied sera également primordiale pour rester chez eux et éviter à Bustos Moyano de se faire plaisir au pied.

Finalement, cette situation malheureuse vous a-t-elle rendue plus forte?

Je pense qu’inconsciemment tout ça nous a ressouder. La différence se ressent réellement sur le terrain. Recevoir une grosse équipe comme Bayonne ce soir est toujours intéressant pour les joueurs et pour le défi en tant que tel. Mais notre état d’esprit nous aidera très probablement à affronter ce nouveau défi.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?