Qu’importe le flocon...

  • Qu’importe le flocon...
    Qu’importe le flocon...
Publié le , mis à jour

Au terme d’une partie perturbée par la neige, les Oyonnaxiens ont remporté face à un Stade toulousain peu inspiré un premier succès bonifié en Champions Cup, qui suffira à leur bonheur.

Oyonnax – Toulouse 32 -14

LE MATCH

Entre des Oyonnaxiens déterminés à remporter le premier match de leur histoire en Champions Cup et des Toulousains peu emballés par la perspective de se glacer les doigts sous la neige, la différence de motivation s’est faite ressentir dès les premières secondes du match, avec cet essai inscrit par Silvère Tian après 25 secondes de jeu et une drôle de boulette signée Gillian Galan. Un instantané qui s’est globalement prolongé pendant 80 minutes, en dépit d’un court sursaut toulousain autour de la mi-temps. Mais la détermination d’Oyonnaxiens désireux de symboliquement dépasser leurs hôtes au classement allait faire la différence, ces derniers s’adjugeant même en fin de rencontre un point de bonus amplement mérité au vu de leur débauche d’énergie.

LE TOURNANT

Difficile de parler de tournant dans une rencontre globalement à sens unique, pour ainsi dire entamée à 7-0 par les Oyonnaxiens… On pourra toutefois mentionner cette interception de Fabien Cibray, sur le renvoi suivant l’essai inscrit par Galan après… un coup de pied contré sur ce même Cibray ! Une douce revanche donc pour le demi de mêlée et capitaine des Oyomen, qui évita ainsi à son équipe de sombrer dans le doute alors que, sans faire grand-chose, les Toulousains venaient de revenir sur leurs talons, à trois petits points. Les Toulousains pourront à ce titre méditer sur leur hasardeuse stratégie de sortie de camp, qui vit l’ouvreur Doussain aller au contact tandis que les avants Marchand et Baille se hasardèrent à une malheureuse série de passes sur un pas dans leurs propres 22 mètres…

L’ACTION

Dans un match aux intentions de jeu intéressantes malgré des conditions très difficiles, la solution ne pouvait guère intervenir autrement que par du jeu au pied… C’est précisément ce que comprit intelligemment l’ouvreur oyonnaxien Nicky Robinson dès la 12e minute de jeu. En effet, après un lancement de jeu au large suivi de deux temps stériles au près, le Gallois levait la tête pour déposer, d’un coup de pied rasant, le ballon dans un fond de terrain toulousain étonnamment dégarni. Accouru depuis son aile gauche, Timoci Matanavou se trouvait trop court pour empêcher l’ailier de l’USO Uwa Tawalo de marquer en coin.

LE JOUEUR

Si c’est le numéro huit Ma’afu qui a été officiellement été primé à l’issue de la rencontre, la prime aurait aussi bien pu être dévolue à nos yeux à deux revenants, le flanker Maurie Fa’asavalu ou le centre Eamonn Sheridan. Sous la neige, les deux hommes ont en effet permis à leur équipe de se situer en permanence dans l’avancée, le centre irlandais inscrivant même au terme d’un bel effort individuel l’essai du bonus offensif.

FICHE TECHNIQUE

À Oyonnax – Samedi à 16 h 15 – 7 541 spectateurs

Arbitre : M. Garner (Angleterre)

Évolution du score : 7-0, 14-0, 17-0, 17-7 (MT) ; 17-14, 22-14, 25-14, 32-14.

OYONNAX : 15.Étienne ; 14.Tian, 13.Martin (23.Boussès 67e), 12.Sheridan, 11.Tawalo ; 10.Robinson (22.Lespinas 51e), 9.Cibray (cap.) (21.Blanc 71e) ; 7.Missoup, 8.Ma’afu, 6.Fa’asavalu (20.Gunther 62e) ; 5.Fabbri (19.Ursache 64e), 4.Metz ; 3.Guillamon (18.Vephkadze 57e), 2.Jenneker (16.Maurouard 64e), 1.Delboulbès (17.Tonga’uhia 47e).

TOULOUSE : 15.Poitrenaud ; 14.Kunatani (23.Clerc 78e), 13.Poï (22.Flood 62e), 12.Perez, 11.Matanavou ; 10.McAlister (21.Doussain MT), 9.Mélé ; 7.Lamboley, 8.Galan, 6.Dusautoir (cap.) (20.Cros MT) ; 5.Tekori (19.Albacete 73e), 4.Millo-Chluski ; 3.Tialata (18.Muller 57e), 2.Marchand (16.Tolofua 57e), 1.Baille.

Oyonnax : 4E Tian (1e), Tawalo (12e), Cibray (50e), Sheridan (76e) ; 3T Robinson (2e, 13e), Lespinas (77e) ; 2P Robinson (22e), Lespinas (71e).

Toulouse : 2E Galan (33e, 48e) ; 2T Mélé (34e, 48e)

Non entré en jeu : 17.Kakovin.

Blessé : Poï (béquille).

LES MEILLEURS

À Oyonnax, Sheridan, Robinson, Missoup, Ma’afu, Fa’asavalu, Guillamon ; à Toulouse, Poï, Perez, Baille.

LES BUTEURS

Robinson 2T/3, 1P/1 ; Lespinas 1T/1, 1P/1 ; Mélé 2T/2

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?