Laporte : « Cela donne des émotions fortes »

  • Laporte : « Cela donne des émotions fortes »
    Laporte : « Cela donne des émotions fortes »
Publié le , mis à jour

Après ce bras de fer franco-anglais particulièrement engagé, le manager varois se félicite de la performance des siens, qui ont réussi à l’emporter in extremis.

Quelle est votre première réaction au terme de cette rencontre au scénario dément ?

J’ai cru que c’était fini quand deux minutes avant quand sur la contre-attaque de Drew (Mitchell), nous n’avons pas exploité le surnombre… C’est sûr que ça donne des émotions fortes mais on s’en passerait. J’aurais préféré que l’on tue le match avant. Quand je vois nos vingt premières minutes, ça aurait dû être le cas. Mais quand tu manques dix points aussi faciles au pied et trois occasions d’essai en première période, tu le traînes forcément comme un boulet. À la mi-temps, je disais aux joueurs : « Si on marque deux fois, ils prennent trente points ». Mais quand tu ne concrétises pas, ça finit par se retourner contre toi. L’équipe a heureusement montré son envie de ne jamais rompre et de continuer à exister. Cette victoire permet de continuer à rêver.

Comme la semaine passée, l’équipe s’est montrée très forte mentalement dans les dernières minutes…

Je suis très fier de l’état d’esprit des joueurs. Nous avons des gars qui ont peu joué l’an dernier et ont faim. Ils sont à 150 % sur le terrain. Et heureusement. Car s’ils étaient à 120 %, ça ne suffirait pas. Par exemple, Joce (Suta), ce n’est pas O’Connell, ce n’est pas Botha. Mais il donne tout. De toute manière, tu ne peux pas te passer d’O’Connell, de Giteau, de Halfpenny comme ça. Ce serait trop facile. J’ai dit dans la semaine à ceux qui jouaient : « Il est où le Leinster ? Et Bath ? Ils sont éliminés. Cela prouve que vous êtes bons. » Ils l’ont encore montré.

Mais vous n’avez aucune marge actuellement…

L’équipe n’est pas assez consistante sur toutes les phases de jeu. Elle oublie trop de points au pied. Et si elle est bonne défensivement, elle n’est pas assez dure dans la zone de plaquage, à l’exception de Duane (Vermeulen) et de Juan (Smith). Devant, Manoa devrait revenir et Taofifenua aussi probablement.

Votre domination en mêlée aurait pu permettre d’assurer la victoire avant. Comment expliquez-vous qu’elle n’ait pas été récompensée ?

L’équipe a dominé dans ce secteur mais ça n’a servi à rien. Il faudrait envoyer à Nigel Owens le lexique de la mêlée. Comment peux-tu mettre une pénalité à l’équipe qui avance sur dix mètres ? Ce n’est pas possible. Nigel Owens est un bon arbitre mais il n’a pas été gentil avec nous.

Une fois encore, le salut est venu de Drew Mitchell, comme en finale…

Oui, c’est vrai que c’est un bon joueur. Mais c’est surtout l’enchaînement qui est beau. Nous avions eu quelques surnombres plus tôt dans la partie mais ils n’avaient pas été bien joués.

Il vous reste maintenant une victoire à aller chercher à Bath…

Oui, il faudra y gagner. Avec quatre points, nous devrions finir deuxièmes. Il faudra le bonus pour aller chercher la première place. Nous allons beaucoup axer la semaine sur la récupération avec deux jours de repos lundi et mardi avant de reprendre mercredi par deux grosses séances.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?