Biarritz-Bayonne : pour Bernat-Salles la fusion est indispensable

  • Biarritz-Bayonne : pour Bernat-Salles la fusion est indispensable
    Biarritz-Bayonne : pour Bernat-Salles la fusion est indispensable
Publié le , mis à jour

Jeudi aura lieu le 107e derby basque de l'histoire. C'est Biarritz qui accueillera son voisin en ouverture de la 17e journée du Pro D2. Si les deux équipes ne sont plus sur le devant de la scène du rugby français, un derby reste toujours un match particulier. Entre souvenirs, ferveur, rivalité et fusion, Philippe Bernat-Salles ancien ailier du Biarritz Olympique de 1998 à 2005 revient sur cette rencontre si passionnante.

Tout d'abord gardez-vous toujours un œil sur le BO ?
Je n'ai pas forcément le temps d'aller aux matchs mais je les regarde à la télévision oui et puis je suis aussi les aventures du BO par l'intermédiaire de quelques Biarrots toujours au club.

Que représente ce derby à vos yeux ?
C'est toujours un moment particulier dans la carrière d'un joueur de Biarritz ou de Bayonne mais aussi pour les habitants des deux villes. Ce qui est intéressant c'est de le vivre à fond de la préparation jusqu'au match. Et puis les supporters en parlent toute la semaine. Je ne  sais pas si c'est toujours le cas aujourd'hui, s'il y a toujours autant de passion mais dans tous les cas, les derbys que j'ai vécus pendant sept ans étaient quand même assez exceptionnels. Il y avait beaucoup de ferveur dans Biarritz et Bayonne et même dans tout le Pays Basque.

Votre plus beau souvenir lors d'un derby ?
Quand on gagne un derby c'est toujours important, mais il y a des défaites qui marquent. Je m'en rappelle d'une où j'ai reçu un jambon de Bayonne de la part d'un supporter. Nous avons fini champion de France la même année donc ça restera un bon souvenir malgré la défaite... et en plus le jambon était bon … rires.

Justement j'allais vous demander une anecdote à propos d'un derby...
Oui c'est vrai que celle du jambon de Bayonne en est une belle, c'est rigolo. Ça n'a peut-être pas été très bien fait de la part du Bayonnais mais dans l'esprit c'était très bon enfant.

La rivalité qui est présente dans les tribunes se retrouve t-elle autant sur le terrain ?
Oui mais vous savez cette rivalité elle est là toute la semaine, elle vient majoritairement des supporters. Qu'ils soient Rouge ou Bleu et Blanc, ils travaillent ensemble toute la semaine, la plupart sont de la même famille. C'est vrai que l'ambiance est tendue mais tant que ça reste dans un bon esprit c'est tellement beau de pouvoir chambrer, titiller les équipes adverses. Après c'est vrai que cela se ressent sur le terrain. Les joueurs s'expliquent pendant les 80 minutes mais après on se connaît tous, on habite à côté. Cette rivalité fait la beauté de ce derby mais il faut que clubs, dirigeants et supporters gardent un bon état d'esprit pour que tout se passe bien.

La pré-saison des deux clubs a été agitée à cause de la vraie-fausse fusion, que pensez-vous de ce projet ?
On est en train de parler de derby en disant que c'est quelque chose de magnifique et d'exceptionnel pour une région. Maintenant la fusion me semble indispensable et vitale très certainement pour les deux clubs. J'espère me tromper, j'espère que les deux clubs rebondiront et remonteront rapidement en Top 14 pour bien y figurer. L'évolution du sport professionnel et notamment du rugby dans nos villages, dans notre région, demande un investissement économique de plus en plus important donc ça peut devenir compliqué. Ce projet est peut-être la solution « miracle » qui permettra aux clubs de s'en sortir. Encore une fois j'espère que mis à part cette solution il y en aura d'autres et que sportivement Biarritz et Bayonne retrouveront leur dignité. Je sais que tous les acteurs, dirigeants ou entraîneurs font tous les jours le maximum et c'est de moins en moins évident.

Un pronostic pour le match de jeudi ?
On joue à la maison donc j'espère que Biarritz l'emportera. En termes de résultats, de points, ils en ont besoin et puis pour le moral des troupes aussi. Bayonne est dans une dynamique plus positive au niveau du classement donc ça serait bien que nos amis bayonnais viennent laisser gagner les Biarrots. On leur rendra la pareille l'année prochaine, rires. Propos recueillis par Quentin Berthomé.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?