Les chiffres clé du premier derby

  • Les chiffres clé du premier derby
    Les chiffres clé du premier derby
Publié le , mis à jour

Le derby en ProD2 ne sera pas une première. En novembre dernier (le 8 exactement), les deux formations s’étaient rencontrées à Jean-Dauger. Pour un premier épisode de la « guerre des Basques » en mode ProD2. Un choc pas si anodin… Voyage dans le temps et décryptage par les chiffres.

32-25

C’est le score du précédent derby opposant Bayonne et Biarritz le 8 novembre. Un match finalement défini comme décourageant par les joueurs du BO à cause de l’essai de Lucu à la 76e minute, qui aurait pu leur accorder un bonus défensif, et que l’arbitre a refusé d’accorder. L’ambiance était donc à la fête pour les Bayonnais qui gagnèrent avec, pour la première fois, plus de 31 points inscrits, tandis que les Biarrots n’arrivaient pas à avaler la pilule.

16e

Le club de Biarritz était le dernier du classement, les joueurs enchaînaient alors défaites sur défaites. Un début de saison calamiteux avec un total de 7 matchs perdu sur les 8 premiers joués. Cette rencontre contre l’Aviron Bayonnais a cependant créé une sorte de déclic : les Biarrots ont ensuite enchaîné les victoires et n’ont plus perdu que 2 des 8 matchs qui ont suivi. Ils sont ainsi remontés à la 12e place.

15 567

Le nombre de spectateurs ayant assisté au derby, le « premier de l’histoire en Pro D2 pour ces deux clubs emblématiques du rugby Français » comme l’écrivait Émilie Dudon, envoyée spéciale du Midi Olympique, dans le numéro du 9 novembre 2015. Bayonne était alors envahie par les supporters des deux équipes qui profitaient de ce qu’ils pensaient alors être le dernier derby de ces deux équipes avant leur fusion. « On savoure tant qu’on peut le faire ».

N° 15

Bustos Moyano, le numéro 15 de Bayonne était l’homme du match. En transformant les 2 essais et en réussissant 4 des 6 pénalités de son équipe, (26 points à lui seul), il permet à l’Aviron de prendre l’avantage sur Biarritz dès la première mi-temps. Il quittait cependant le match à cause d’une déchirure au muscle fessier à la 42e minute. Ses partenaires surent garder l’avantage grâce aux 2 pénalités de Du Plessis, qui était alors joker médical pour Bayonne. Caroline Perrault

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?