Du XV au VII en un clic

  • Du XV au VII en un clic
    Du XV au VII en un clic
Publié le / Mis à jour le

L’équipe de France à VII s’apprête à débuter sa deuxième tournée de la saison avec deux étapes à Wellington et à Sydney. Et pour la première fois, elle compte dans ses rangs quatre joueurs (Martial, Ouedraogo, A. Retière et Bruni) venus du quinze. Force est de s’interroger sur leur faculté d’adaptation. Éléments de réponse.

Romain Martial (ailier du Castres olympiques)

Le rugby à VII, il connaît, Romain Martial. Déjà présent avec les Bleus de Frédéric Pomarel pour le championnat d’Europe de l’été dernier (sur deux étapes : Moscou et Lyon), l’ailier du Castres olympique sait à quoi s’attendre. Il avoue tout de même avoir un peu d’appréhension « parce que je ne connais pas le niveau des World Series », dit-il. De par son gabarit, Martial aura notamment un rôle important à jouer sur les coups d’envoi et tout ce qui touche de près ou de loin la conquête aérienne. Longtemps, ce secteur a été le talon d’Achille de cette équipe de France à VII. Sur ses premières sorties de la saison, les Français ont montré tout l’étendue de leurs progrès en partie grâce à Jonathan Laugel. Mais Romain Martial sait qu’il sera attendu sur ce point précis.

Fulgence Ouedraogo (troisième ligne de Montpellier)

Tout comme Romain Martial, Fulgence Ouedraogo a déjà participé l’été dernier au championnat d’Europe, au cours duquel il a décroché avec ses partenaires la qualification pour les jeux Olympique de Rio. Son statut à quinze de troisième ligne de rupture est une caractéristique appréciée par l’entraîneur de l’équipe de France à VII Frédéric Pomarel. Sa capacité à enchaîner les courses longues font également du Montpelliérain un joueur de VII. Évidemment, la crainte, comme pour les trois autres quinzistes, c’est le manque de préparation. En raison de la rencontre de Challenge Cup contre les Harlequins disputée vendredi soir avec son club, Ouedraogo n’a pris la direction de Wellington que samedi dernier, soit avec 24 heures de retard sur ses partenaires.

Arthur Retière (demi de mêlée, ailier ou arrière du Racing 92)

Arthur Retière, fils du Directeur Technique National Didier Retière, connaît bien, lui, le rugby à VII pour l’avoir pratiqué notamment avec l’équipe de France des moins de 18 ans. Il a ainsi été champion olympique de la jeunesse en 2014 à Nanjing, en Chine. Il a également déjà participé à plusieurs tournois importants, dont celui de Dubaï, avec l’équipe de France à VII de développement. A quinze, le jeune Retière évolue aussi bien au poste de demi de mêlée qu’à l’aile ou à l’arrière. Sa vitesse et ses appuis sont autant d’atouts pour devenir un excellent joueur de seven. C’est aussi pour lui l’occasion de se mettre en évidence autrement qu’en jouant avec les espoirs du Racing 92.

Virgile Bruni (troisième ligne du RC Toulon)

C’est la première fois que Virgile Bruni, très peu utilisé cette saison par le RC Toulon, est sélectionné à 7. « Il avait le potentiel pour être présent cet été avec nous, a expliqué l’entraîneur de l’équipe de France à VII Frédéric Pomarel. J’ai envie de trouver des joueurs assez grands et comme Toulon est prêt à le lâcher, c’est l’occasion de pouvoir le voir sur le circuit mondial. » Tout comme Romain Martial, c’est le gabarit de Virgile Bruni qui intéresse Pomarel. Avec presque deux mètres sous la toise, le Toulonnais est un renfort de poids pour les partenaires de Terry Bouhraoua.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir