Wisniewski : «A grenoble, il y a tout pour s’éclater»

  • Wisniewski : «A grenoble, il y a tout pour s’éclater»
    Wisniewski : «A grenoble, il y a tout pour s’éclater»
Publié le , mis à jour

L’ouvreur grenoblois apprécie la maturité de son équipe, vainqueur à Agen, samedi soir (27-33). Il se projette sur la fin de saison avec appétit.

Pour la première fois depuis son retour dans l’élite, le FCG a remporté une quatrième victoire consécutive…

Le bilan est parfait et le contenu intéressant. Le match d’Oyonnax, l’enchaînement en Coupe d’Europe contre les London Irish puis Édimbourg et maintenant cette victoire à Agen : sur les quatre rencontres, il n’y a que du positif. Ces matchs étaient vraiment ciblés car ils pouvaient changer notre saison. Il fallait être capable de les gagner. D’enchaîner ces performances montrent que l’équipe a grandi et muri.

Que retenir comme enseignements de cette victoire à Agen ?

L’équipe ne s’est pas affolée et a montré de la maturité. Il lui manque encore la capacité à tuer les matchs quand elle étrangle l’adversaire. Mais la fin de rencontre est positive car nous avons fait montre de tempérament et de caractère. C’est une bonne chose de l’emporter au forceps.

Le FCG a vraiment semblé au-dessus ce samedi soir…

Il y a de la confiance dans tous les secteurs en ce moment. La conquête répond présent et ça facilite la tâche de tout le collectif. Derrière, on marque sur deux touches déviées avec redoublées. C’est plutôt gratifiant de parvenir à réciter en match ce qui est travaillé en semaine. Cette saison, de nombreux joueurs se sont mis en avant, se sont vus confier des responsabilités et les assument. Tout le monde a su se remettre en question après la défaite face au Stade français quand nous étions dans le dur. Ce qui arrive maintenant est le résultat de ce travail sur nous.

Le maintien du FCG paraît désormais en très bonne voie. Comment abordez-vous la fin de saison ?

Les deux pieds à plat, on peut regarder un peu plus haut. Avec quatorze points sur Oyonnax et dix-huit sur Grenoble, ça change beaucoup de choses. Nous allons pouvoir travailler avec plus de sérénité et de confiance. Il y a de gros défis qui nous attendent après les vacances : le Racing, le Stade français, Clermont et le quart européen. Il y a tout pour s’éclater. Nous sommes plus libérés sur le maintien même si ce n’est pas fait mathématiquement.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?