Les bons comptes de Toulon

  • Les bons comptes de Toulon
    Les bons comptes de Toulon
Publié le / Mis à jour le

Le RCT a signé une neuvième victoire sur ses dix derniers matchs en venant à bout du Stade français au terme d'une farouche lutte à Nice, ce dimanche (23-17). Les Varois remontent à la troisième place.

LE MATCH
Les champion d'Europe et de France ont offert un beau spectacle d'une grande intensité au public niçois. Après dix premières minutes d'échauffement, avec une pénalité de Morne Steyn au passage (4e), les Toulonnais accéléraient. Ma'a Nonu envoyait Bryan Habana derrière la ligne au terme d'une action de grande envergure. La multiplication de séquences, de passes après contact et d'initiatives individuelles ne permettaient pas aux Varois de prendre le large au tableau d'affichage. Eric Escande et Morne Steyn alimentaient la marque et le RCT rejoignait les vestiaires de l'Allianz Arena avec cinq points d'avance. Dès le coup d'envoi de la seconde mi-temps, les hommes de Bernard Laporte insistaient auprès, forts de leur domination en mêlée et à l'impact. Eric Escande ajoutait trois points et les Rouge et Noir se retrouvaient pour la première fois hors de portée de tir des Parisiens (14-6, 56e). Ils ne parvenaient pas à concrétiser un nouveau temps fort et voyaient les visiteurs parvenir une première fois dans leur en-but, par Waisea mais un en-avant empêchait le Fidjien de débloquer son compteur d'essai (53e). Une pénalité de Morne Steyn ramenait Paris en embuscade. Puis trois minutes après, sur une nouvelle contre-attaque, Waisea interceptait un ballon et envoyait l'ouvreur sud-africain en terre promise (56e). Le Stade français reprenait contre toute attente les devants (14-16) à un peu plus de vingt minutes du coup de sifflet final. Les Varois, visiblement vexés, augmentaient la pression – avec encore un grand Steffon Armitage dans les zones de ruck - et Jono Ross et ses partenaires étaient contraints de multiplier les fautes. La botte de Eric Escande concrétisait ce sursaut d'orgueil (60e, 62e, 66e ) et assurait aux hôtes du soir une nouvelle victoire. La neuvième en dix matchs. Côté parisien, les regrets étaient d'autant plus nourris par l'échec au pied de Jules Plisson (77e) et par une ultime occasion d'essai (80e).

L'ESSAI
Toulon a retrouvé du liant offensif à Nice, par intermittences. A la 12e minute, les champions d'Europe ont livré une séquence très intéressante, initiée par une charge de Romain Taofifenua. Après une succession de temps de jeu au cœur de la défense, grâce à du jeu debout, Quade Cooper était alerté et voyait une supériorité numérique des siens sur le côté. Servi dans le bon tempo, Ma'a Nonu fixait son défenseur direct et Waisea pour offrir un essai à Bryan Habana.

L'HOMME
Considéré comme le troisième choix à la mêlée en début de saison, Eric Escande poursuit son petit bonhomme de chemin. Le numéro 9 a bien manœuvré derrière son paquet d'avants et a surtout parfaitement assumé son rôle de buteur avec un 6/7 face aux perches, soit dix-huit points. Peu en verve depuis quelque temps dans les tirs au but, le RCT pouvait remercier Eric Escande pour sa précision du jour. Elle lui a permis de réussir une fois encore à maîtriser sa fin de match. Par Vincent Bissonnet.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir