Maestri, vice capitaine revanchard

  • Maestri, vice capitaine revanchard
    Maestri, vice capitaine revanchard
Publié le , mis à jour

Du haut de ses 42 sélections, Yoann Maestri aura un rôle de patron au sein du XV de France dirigé par son ancien mentor au Stade Toulousain : Guy Novès.

Homme de confiance de Guy Novès, Yoann Maestri aura un rôle essentiel au sein d’un XV de France, plus que remanié par le nouveau sélectionneur. Nommé Vice capitaine, le deuxième ligne tricolore admet qu’on ne lui a pas proposé le rôle de capitaine, finalement décerné à Guilhem Guirado. Rancunier ? « Non, très franchement. Je suis heureux que ce soit Guilhem (Guirado, N.D.L.R.), qui est très apprécié. Les anciens auront à cœur de le soutenir à fond dans cette aventure. Mais le capitanat, ce n’est pas quelque chose après lequel je cours. » Pour autant, son rôle ne sera pas moindre pour mener un pack du XV de France proche (seulement deux changements sur le huit de devants) de celui qui s’est fait humilier par la Nouvelle-Zélande lors de la dernière Coupe du monde. « Il n’y avait pas besoin de révolution ! Juste de bien faire les choses, ce qui sera déjà pas mal. Aujourd’hui, nous entamons une page blanche. Yannick veut écrire le meilleur, comme nous tous. Par rapport au passé qui n’a pas été glorieux, il y a cet appétit de très bien démarrer une nouvelle aventure. Peut-être de redorer le maillot, aussi, mais surtout de faire plaisir à ceux qui nous suivent et nous encouragent. » Revanchard, à l’image du XV de France.

Retrouver le plaisir

En difficulté, non pas uniquement durant le Mondial mais, depuis quatre ans, les joueurs du XV de France auront à cœur de se réconcilier avec leur public et de prendre à nouveau du plaisir avec la sélection. « Dans le sport de haut niveau, quand on est acteur, on ne trouve du plaisir que s’il y a des résultats positifs. ». Reste désormais à mettre en place ce discours positif sur le pré. Mais avant de se projeter sur ce Tournoi 2016, les joueurs de Guy Novès devront impérativement faire le deuil sur cet échec retentissant, chose faite par le deuxième ligne toulousain. « Je n’ai plus rien en tête de la Coupe du monde. Je ne regarde pas trop derrière. L’important, c’est le présent et seulement le présent. Pas même le futur. Nous n’avons eu que quelques jours pour préparer ce premier match. Chaque moment est important, il ne faut pas les galvauder. Pas le temps de regarder en arrière. » Le match contre l’Italie sera en tout cas un premier élément de réponse pour un groupe encore qui apprend à se connaître jours après jours. Une victoire permettrait en tout cas aux joueurs de prendre confiance avant d’envisager, on ne sait jamais, un beau parcours durant ce Tournoi 2016.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?