Olivier Magne : «Fournir un spectacle de qualité»

  • Olivier Magne : «Fournir un spectacle de qualité»
    Olivier Magne : «Fournir un spectacle de qualité»
Publié le , mis à jour

Avant France-Italie, qui marquera, ce vendredi 5 février à Nevers (stade du Pré-Fleuri, 21 heures), les débuts des Bleuets dans le Tournoi des VI Nations 2016, l’entraîneur des avants Olivier Magne annonce la couleur.

Nouvelle saison, nouveau départ ?

C’est ma troisième année avec les moins de 20 ans. Le discours d’un jeu alléchant, je l’ai toujours tenu, parfois à contresens de celui distillé à l’équipe 1. Le jeu de mouvement, la vitesse, l’initiative et le plaisir sont mes leitmotive.

Les joueurs ont-ils assimilé le projet de jeu ?

Nous ne partons pas de zéro. La filière est en place et les joueurs voient le jeu évoluer. Ils en parlent entre eux, lors des stages à Marcoussis par exemple.

Quelles sont les consignes données à vos élèves ?

Nous voulons des garçons intelligents. Nous leur demandons de prendre des initiatives. Ils ont le droit de se tromper mais ont l’interdiction d’être attentistes. Il faut qu’ils sachent parfois sortir du cadre défini pour avancer.

La victoire finale est-elle l’objectif ?

Les joueurs sont des compétiteurs. Je ne connais pas de garçons qui entrent sur un terrain pour perdre. Le résultat doit être la consigne de tout ce que nous mettons en place à travers le jeu.

Les Bleus devront respecter les fondamentaux.

Bien sûr. En conquête, on ne peut pas être médiocre. Le rugby est un combat avant tout. Si on respecte ces fondamentaux, je ne peux pas imaginer que l’on n’obtienne pas des résultats.

Peut-on s’attendre à un rugby enlevé contre les Italiens ?

Nous ne rechercherons pas le résultat à tout prix. Ce n’est pas une priorité sur cette rencontre. J’espère que les joueurs fourniront un spectacle de qualité. Cela compte aussi pour les spectateurs et les téléspectateurs. Les avants que vous entraînez vont devoir aller au charbon… Ils sont là pour lancer le jeu de la meilleure des manières pour nos trois-quarts. Didier (Faugeron, entraîneur des lignes arrière) a bossé dur avec eux pour qu’ils bonifient les bons ballons qu’on leur fournira (sourire).

Que vous inspire la présence sur le banc italien de votre ancien coéquipier à l’ASM Alessandro Troncon ?

Tout d’abord, j’éprouverai un grand plaisir à le retrouver, nous avons tellement de fois porté le même maillot ! C’est un passionné et je suis certain que l’équipe d’Italie est à son image, composée de joueurs volontaires, qui ne lâchent rien. Les Transalpins ont aussi du talent offensif…

Vous partirez favori…

Nous devrons rester vigilants pendant quatre-vingts minutes. L’opposition proposée par la Squadra sera peut-être moins solide que celles que nous affronterons dans un futur proche, le pays de Galles, l’Angleterre et même l’Écosse, mais elle nous posera des problèmes.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?