Jean Michel Gonzalez : « Aucune rencontre du tournoi ne sera facile »

  • Jean Michel Gonzalez : « Aucune rencontre du tournoi ne sera facile »
    Jean Michel Gonzalez : « Aucune rencontre du tournoi ne sera facile »
Publié le , mis à jour

France féminines : le tournoi des 6 Nations 2016 est une priorité pour les Bleues. Leur entraîneur Jean-Michel Gonzalez nous dit pourquoi.

La Coupe du monde est la saison prochaine en Irlande. Le tournoi des six nations 2016 est-il une priorité dans l’esprit du staff technique ?

L’équipe de France féminine doit figurer au plus haut niveau international. Aujourd’hui nous occupons la seconde place du classement mondial. Le tournoi 2016 est une priorité. Cette compétition de haut niveau permet de travailler sur des échéances futures comme la Coupe du monde 2017 en intégrant de nouvelles joueuses.

Comment se prépare cette ouverture du tournoi face une équipe d’Italie qui la saison passée vous a privé du grand chelem ?

Depuis le début de la semaine l’équipe de France était réunie à Marcoussis avant d’arriver a Bourg et de jouer pour la première fois sur une pelouse hybride Le groupe a compris l’importance de cette première rencontre devant l’Italie. Elle donnera le ton de notre saison.

À la suite de la Coupe du monde 2014 des joueuses sont passées à 7 afin de préparer les jeux de Rio. La relève est-elle là ?

Le rugby féminin s’appuie sur la qualité de sa formation. Nous avons intégré cinq jeunes joueuses qui évoluaient la saison passée en équipe de France en catégorie U20. Cette promotion a de la qualité. Elles connaissent le niveau international forgé avec des victoires face à l’Angleterre entre autres. Elles ont déjà derrière elle un parcours de sept à huit ans de pratique de l’école de rugby au top 8 du championnat de France. Elles possèdent un riche bagage technique.

Ces joueuses ne sont-elles pas intimidées de se retrouver dans une équipe avec des cadres qui ont brillé lors de la dernière Coupe du monde ?

Cette appréhension est normale en arrivant dans un groupe. Mais très vite l’osmose s’est faite. Elles partagent l’ambition de progresser et de prendre place dans la nouvelle aventure que prépare l’équipe de France avec le tournoi des 6 Nations et la Coupe du monde en Irlande en 2017.

Vos choix de composition d’équipe et de jeu reposent sûr quels critères ?

Le choix dans la composition de groupe repose sur de la polyvalence. Une joueuse doit être capable de jouer pratiquement à tous les postes sauf bien sûr des postes plus spécifiques comme pilier au talonneur. Avec le staff nous prônons un jeu fait de déplacement et de replacement, tout en s’appuyant sur de l’engagement devant.

Ce match d’ouverture devant l’Italie est-il déjà un vrai test sur votre capacité à jouer la première place du tournoi ?

L’Italie c’est une équipe rugueuse avec du combat et qui aime produire du jeu. Les joueuses connaissent bien cette équipe qui, la saison passée, nous a privés du grand chelem. L’Italie s’appuie comme nous sur la qualité de son effectif. C’est la leçon que nous avons retenue de notre dernière confrontation. Aucune rencontre ne sera facile. Les filles sont revanchardes et ont l’ambition de bien réussir leur entrée en compétition par une victoire à Bourg-en-Bresse.

Propos recueillis par Mario Molard.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?