Bonneval ailier, le syndrome Dulin ?

  • Bonneval ailier, le syndrome Dulin ?
    Bonneval ailier, le syndrome Dulin ?
Publié le , mis à jour

Titularisé à l’aile du XV de France pour la première de Guy Novès, Hugo Bonneval, n’a pas forcément répondu aux exigences d’un poste auquel il n’évolue que très rarement... Comme Brice Dulin lors de la Coupe du monde 2015...

De retour après une grosse blessure (rupture des ligaments croisés du genou gauche lors de la tournée d’été 2014 en Australie) qui l’a éloigné des terrains tout au long de la saison 2014-2015, le fils de l’illustre international Erik Bonneval semble avoir complètement retrouvé son niveau d’antan. Et si Hugo Bonneval brille en ce début de saison, et s’est à nouveau imposé dans le XV du Stade Français, il évolue presque uniquement à l’arrière. Or Guy Novès semble compter sur lui en tant qu’ailier, comme ce fut le cas de Philippe Saint-André qui, au cours de son mandat, ne le titularisa qu’à une reprise à son poste de référence.

Et comme l’avait illustré Brice Dulin durant le dernier Mondial, si ce sont deux postes où le profil des joueurs peut-être similaire, les exigences requises pour un ailier et un arrière sont bien différentes. Moins sollicités sous les ballons hauts, les ailiers doivent se proposer, si ce n’est systématiquement, au moins régulièrement dans la zone de son demi d’ouverture, afin de lui proposer des alternatives. Or, Hugo Bonneval a payé la comparaison avec le néo-international à XV Virimi Vakatawa qui n’a cessé de venir chercher des ballons dans le centre du terrain. Pour illustrer la comparaison, Hugo Bonneval a fait quatre courses de plus que son homologue, natif des Îles Fidji, mais il n’a franchi qu’à une reprise (deux pour Vakatawa) et n’a battu qu’un défenseur (contre cinq pour Vakatawa !). De plus que ce soit au contact ou dans le jeu, Hugo Bonneval a laissé échapper trois ballons, soit le plus gros total (avec Damien Chouly) du XV de France samedi. Enfin du triangle français, le joueur du Stade Français est celui qui a gagné le moins de mètres ballons en mains (42, contre 63 pour Vakatawa et 82 pour Médard). Heureusement pour lui l’essai qu’il inscrira à l’heure de jeu viendra redorer sa copie offensive. Mais c’est avant tout lors des phases défensives qu’Hugo Bonneval n’a pas donné raison à Guy Novès. S’il n’a été battu qu’à une seule reprise, l’ailier du XV de France a semblé en difficulté avec la défense glissée que requiert le poste d’ailier. En revanche son expérience sous les ballons hauts s’est avérée précieuse pour le XV de France.

Mais alors Guy Novès doit-il continuer de faire confiance à Hugo Bonneval au poste d’ailier ? Ou lui donner sa chance au poste d’arrière ? Dans tous les cas, le joueur du Stade Français ne semble pas être titulaire dans la tête du nouveau sélectionneur. Ce dernier semble derrière Maxime Médard, voire Scott Spedding dans la hiérarchie des arrières, et légèrement en retard par rapport à Vakatawa, Huget (si tant est qu’il revienne à son niveau), Wesley Fofana ou encore Teddy Thomas, rappelé de dernière minute pour préparer le match contre l’Italie et ailier de formation. Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?