L’Irlande doit franchir un palier

  • L’Irlande doit franchir un palier
    L’Irlande doit franchir un palier
Publié le , mis à jour

Après un début de Coupe du monde prometteur, l’Irlande n’a pas su confirmer tous les espoirs placés en elle. Le match de samedi contre le Pays de Galles est à l’image du dernier mondial. Capables de prestations de hautes volées, les hommes de Joe Schmidt n’arrivent pas à confirmer tout leur potentiel.

Si l’Irlande mène 13-0 après vingt-sept minutes de jeu, le score ne reflète pas la physionomie du match. Non pas car le XV du Trèfle réalise un hold-up mais parce que les Gallois proposent aussi un rugby de qualité. Les Irlandais font preuve de réalisme et l’assument. « En rugby, il faut savoir être réaliste, notamment quand on joue contre des équipes supérieures sur le plan physique » déclarait Joe Schmidt dans notre édition de lundi. La suite s’avère tout de même plus délicate. Les Irlandais encaissent un 16-0. Sexton sauve les siens à cinq minutes du terme. Mais de la même manière qu’en début de rencontre, la domination galloise cette fois-ci, n’est pas flagrante. Le match nul est logique tant les deux sélections se sont rendues coup pour coup que ce soit devant ou derrière. Les deux équipes restent finalement sur leur lancée du dernier mondial.

Après quatre succès en quatre matchs durant la phase de groupe de la Coupe du monde, l’Irlande affiche ses ambitions. Le dernier match de la poule séduit les observateurs tant les Verts ont été supérieurs au XV de France (9-24). Mais il est fort probable que cette débauche d’énergie ne soit pas étrangère à la défaite en quart de finale. Au coude à coude durant près d’une heure, les Britanniques ont craqué face à la grinta argentine. À l’image du 16-0 encaissé le week-end dernier contre les Gallois, les Irlandais avaient les moyens de venir à bout des Sud-Américains. Les hommes de Joe Schmidt ont donc toutes les raisons de poursuivre en ce sens. C’est pourquoi le groupe n’a pas connu grands changements sur les deux dernières compétitions. Dimanche sur les quinze titulaires, huit étaient du dernier mondial. Toujours en route pour un triplé historique, l’Irlande doit en revanche faire un trait sur le Grand Chelem. Pour basculer dans la cour des (très) grands, le XV du Trèfle devra régler ce genre de détails. La France est prévenue. Quentin Berthomé.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?