Paul O’Connell, la fin d’une époque

  • Paul O’Connell, la fin d’une époque
    Paul O’Connell, la fin d’une époque
Publié le , mis à jour

Hier, en fin de matinée, une nouvelle légende a annoncé qu’elle mettait un terme à sa carrière. Après Richie McCaw, Jean De Villiers et autres Bakkies Botha, c’est au tour de Paul O’Connell de raccrocher les crampons.

Si l’histoire du rugby irlandais devait s’arrêter aujourd’hui et ne retenir que quelques noms, Paul O’Connell ne pourrait pas, raisonnablement, être absent de la liste. Troisième le plus capé avec le XV du Trèfle (derrière Brian O’Driscoll et Ronan O’Gara !), « Paulo » a certainement formé, avec Donncha O’Callaghan, le plus grand attelage de l’histoire du rugby irlandais. Rugueux et intelligent, le joueur du Munster s’est imposé en patron des packs de sa sélection et de son club le Munster. Pour preuve, Paul O’Connell n’a été assis sur le banc Irlandais qu’à neuf reprises au cours ses 108 sélections. On notera également qu’il a été le capitaine de sa sélection à 28 reprises.

 

O’Connell, homme d’un seul club

Et pour forger un peu plus sa légende, le deuxième ligne n’aura défendu d’autres couleurs que celles de la province du Munster. Chose qui aurait pu (dû ?) être anéantie, étant donné qu’il s’était engagé avec le RC Toulon à l’intersaison 2015. Mais sa blessure (rupture de l’insertion du semi-membraneux et du biceps fémoral aux ischio-jambiers) survenue face au XV de France le 11 octobre 2015 aura précipitamment mis un terme à la carrière du géant irlandais. Triste fin de carrière mais peut-être clin d’œil du destin pour celui qui pourra, à jamais, être considéré comme l’homme d’un club. Détail essentiel chez les Anglo-saxons qui, ne pardonneront peut-être jamais à Franck Lampard d’avoir quitté Chelsea et érigeront au rang de légende son plus grand concurrent : Steven Gerrard, joueurs n’ayant joué que pour Liverpool malgré différents appels du pied qui ont pu lui être faits tout au long de sa carrière.

Hommages à tout-va

Pour annoncer la fin de sa carrière, Paul O’Connell a rédigé une lettre où il explique le pourquoi du comment : « C’est avec un profond regret que j’ai décidé de prendre ma retraite sur avis médical. J’ai été honoré d’être un joueur de rugby professionnel pendant 14 ans et de faire partie de l’histoire du Munster et de l’équipe d’Irlande, ainsi que d’avoir eu le privilège d’être le capitaine de mon pays. » Depuis, de nombreux hommages lui ont été rendus, de Ronan O’Gara à Sean Cronin en passant par Jamie Cudmore ou encore Brian O’Driscoll.

 

L’histoire retiendra donc que l’emblématique deuxième ligne du Munster aura terminé sa carrière par une victoire en Coupe du monde face à une certaine équipe de France… avant d’annoncer sa retraite quatre jours avant un match au Stade de France et de ne jamais rejoindre le championnat français… Quand on vous dit qu’il n’y a pas de hasard… Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?