Le gâchis chalonnais

En difficulté financière, Chalon-sur-Saône a déclaré forfait début janvier et attend sa liquidation judiciaire et rebondira la saison prochaine au niveau régional.

Mardi prochain, le 16 février, le tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône rendra son verdict et devrait prononcer, sauf coup de théâtre, la liquidation judiciaire de l’ASRCC. Né le 1er février, le Rugby Tango Châlonnais va prendre sa succession, au niveau régional la saison prochaine. Comment en est-on arrivé là ? Comment un club, en passe de se qualifier en Fédérale 1 a renoncé à aligner son équipe fanion et voit ses trente-quatre salariés en grande difficulté, et privés de salaire depuis le début du mois de décembre ?

Comme beaucoup de clubs de Fédérale 1, Chalon-sur-Saône peinait à équilibrer ses comptes. En fin de saison dernière, le club avait déjà terminé avec un léger déficit. Dès le mois de novembre, un bilan faisait état de 200 000 euros manquants pour terminer la saison. La démission, au mois d’octobre, du président, Pascal Chapelon, pour raisons de santé, puis des deux vice-présidents, a précipité le club dans l’abîme. Sans gouvernance claire et précise, le club s’est enlisé dans des conflits internes, et n’a pas su, ou voulu, trouver de solutions pour redresser la barre et finir la saison. Le plan d’économie proposé par le manager, Éric Catinot, portant sur près de 150 000 euros, qui impliquait notamment le départ de deux joueurs, courtisés par des clubs de Pro D2, n’a pas été retenu.

Dès la mi-décembre, quelques jours avant l’obtention de la labellisation du centre de formation, les dés étaient jetés. Le maire de Chalon-sur-Saône, devant la situation économique du club, refusait de le soutenir.

Le 17 janvier, l’équipe ne faisait pas le déplacement à Valence d’Agen pour le compte de la dixième journée de Fédérale 1, augurant du forfait général du club, annihilant les dernières chances de redressement du club et laissant sur le carreau joueurs et salariés permanents du club. Déjà en dépôt de bilan en 2010, le club avait su rebondir en Fédérale 3 en décrochant dans la foulée, en 2011, le titre de champion de France. Cette fois, le rebond devrait se faire au niveau régional. Et cela ressemble à un beau gâchis, sportif et humain.

Cet article fait partie du dossier

Fédérale : une disparité devenue monnaie courante

Consulter le dossier

Réactions

Commentaires

Décidément .... quelques soucis pour vos "correspondants" ! Châlon est en Fed 1 jusqu'à la fin de la saison . Tout autant que le CR du match Chambéry - Macon en retard où "Chambéry s'est écrasé face à Macon" .... alors que le SOC a gagné 12 à 3 !!! Cherchez l'erreur et vérifiez vos infos !