France - Irlande : les trois-quarts au crible

  • France - Irlande : les trois-quarts au crible
    France - Irlande : les trois-quarts au crible
Publié le , mis à jour

Certains trois-quarts français à l'image de Maxime Machenaud et Virimi Vakatawa se sont mis en évidence.

Demis de mêlée : Machenaud marque des points

Sébastien Bezy a encore démontré sa volonté de constamment accélérer le jeu, même si cela s'avérait délicat derrière un pack dominé dans le premier acte. Parfois en manque de munitions intéressantes, et malgré un jeu au pied de déplacement un peu court sur certaines situations chaudes, le demi de mêlée toulousain a été plus propre que la semaine précédente sur ses sorties de balle et plus précieux défensivement au bord des rucks. Il n'a peut-être pas assez pesé sur le match, au contraire de Maxime Machenaud, lequel l'a remplacé à la 57e et a de suite posé son empreinte sur la rencontre en dynamisant et en apportant danger et incertitude sur chacune de ses initiatives. Ses départs ont notamment beaucoup gêné les Irlandais, avec en point d'orgue cette intervention au sortir d'une mêlée qui a conduit à l'essai de Médard (71e).

 

Ouvreurs : Plisson version sobre

Homme du match face à l'Italie, Jules Plisson s'est montré plus discret. Voire même en échec durant la première heure avec une passe au pied dévissée d'entrée dans ses 22 mètres (4e), un drop-goal puis une pénalité ratés (35e et 40+1e) et enfin un coup de pied trop long (44e) qui a fini en ballon mort et fait perdre soixante mètres à son équipe. Mais, à son actif, l'ouvreur parisien s'est adapté aux conditions difficiles en essayant de jouer juste et en amenant enfin le danger, comme sur cette occasion d'essai où il s'est infiltré avant de voir son ultime passe interceptée par Trimble (63e). Sans oublier sa pénalité (32e) et sa transformation (71e) réussies qui ont été décisives pour assurer le succès des siens.

 

Centres : Mermoz propre, Danty moins tranchant

Très en vue contre l'Italie, Jonathan Danty a été plus en difficulté samedi. Particulièrement utilisé pour aller défier la muraille adverse sur les rares opportunités françaises avant la pause, il n'a pas été en réussite. Ceci avec notamment un ballon arraché (9e) ou un autre tombé (11e) dans le premier quart d'heure. Auteur de plusieurs en-avant, le Parisien est sorti touché, et remplacé par Jean-Marc Doussain (77e), lequel s'est contenté d'assurer les fondamentaux à un poste qui n'est pas le sien. À côté, Maxime Mermoz, sans réaliser d'étincelles, s'est encore montré précieux. Jamais pris à défaut en défense, il s'est même permis de gratter un ballon chaud à l'entrée des 22 mètres bleus (13e). Et sur le plan offensif, toutes ses interventions ont été propres et ont amené continuité et fluidité derrière lui.

 

Ailiers : Vakatawa omniprésent, Thomas effacé

C'est décidément la belle trouvaille de ce XV de France. Moins virevoltant que le samedi précédent, Virimi Vakatawa a été au four et au moulin contre les Irlandais. Au point d'être étonnant dans le domaine défensif avec plusieurs tampons et même une magnifique réception sous un ballon chaud dès la 5e minute ou un grattage impressionnant (40e). Puis quelle activité offensive ! Au large bien sûr en trouvant des failles dans la défense irlandaise, comme à la 34e minute, mais aussi et surtout auprès des rucks. Omniprésent autour des regroupements où il a imposé son physique, il s'est constamment proposé ou a ramassé à plusieurs reprises les ballons pour toujours avancer dans l'axe. Sur l'autre aile, Teddy Thomas a été beaucoup plus discret malgré une indéniable disponibilité. Peu servi, il s'est contenté de rares munitions. A son discrédit, il a été dominé dans les airs dans ses 22 mètres (5e). Remplacé par Hugo Bonneval (45e), qui a eu peu d'opportunités pour se mettre en évidence.

 

Arrière : Médard, de l'ombre à la lumière

D'abord en difficulté, Maxime Médard a réalisé plusieurs mauvais choix en première mi-temps : une remontée vite avortée (14e), un jeu au pied déficient (20e), une défense délicate sur Dave Kearney (21e) ou un surnombre oublié (33e). L'arrière toulousain a pourtant, à l'image de son équipe, su se reprendre après la pause pour se montrer décisif. D'abord une belle touche trouvée sous pression (49e) puis un sauvetage sous un ballon haut (57e) alors que le XV de France était en danger. Après l'heure de jeu, il a également été plus tranchant et entreprenant en attaque, avec notamment une excellente prise d'intervalle et un passage de bras pour servir Camara dans le camp adverse (62e). Et surtout cet essai de de la victoire, derrière une passe parfaite de Machenaud (71e), sur lequel Médard a trouvé l'espace d'un crochet intérieur puis effacé le dernier défenseur pour aller aplatir sous les poteaux.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?