Le grand soir des Bleus

  • Le grand soir des Bleus
    Le grand soir des Bleus
Publié le , mis à jour

Après deux victoires inaugurales, les Bleus vont passer, ce vendredi à Cardiff, au terrible révélateur gallois. Un test grandeur nature, au moins sur l’état d’esprit.

S’il avouait avoir « encore besoin de voir son équipe à balles réelles », même après les deux succès inauguraux au Stade de France, Guy Novès va être servi. Face à « à la quatrième nation mondiale et première Européenne au classement World rugby », les Bleus vont passer, ce vendredi soir au Principality stadium de Cardiff (ex-Millennium), un test grandeur nature. Avec tous les ingrédients qui vont bien.

L’horaire du match, d’abord, pimente sérieusement l’affaire. Quand ils reçoivent le vendredi en prime time, les Gallois ont l’habitude de mettre les petits plats dans les grands, servant au public un avant-match de feu dont les Français, il y a deux ans, avaient largement profité. Entrés sur la pelouse une minute et cinquante secondes avant leurs adversaires, les Bleus s’étaient laissés cuire à l’étouffée. Première information : il n’en sera rien, ce vendredi. « Au Stade de France, il me semble que le protocole impose que les deux équipes entrent en même temps sur la pelouse. J’espère que les Gallois auront l’amabilité de ne pas nous laisser profiter de l’ambiance trop longtemps, seuls dans le noir », prévenait Novès mercredi. En coulisses et en amont du match, la délégation française a fait le nécessaire pour s’éviter un tel scénario. Et les deux équipes rentreront bien en même temps.

Un test de cohésion

La précaution ne facilitera évidemment que très légèrement la tâche des Bleus. Après les balbutiements en ouverture face à l’Italie et une victoire arrachée au caractère face à l’Irlande, le XV de France va se frotter à un énorme morceau. Le pays de Galles, c’est 111 kg en moyenne et par joueur, et un plan de jeu taillé pour mettre en pièce l’adversaire dans un jeu de casse-briques. « Le défi physique et le combat, ce sont les bases du rugby, quel que soit l’adversaire. C’est d’autant plus vrai face aux Gallois. Nous savons qu’ils vont venir taper très fort sur notre ligne de trois-quarts, qui est plus jeune et moins dense » anticipait Novès.

Pour exister, il faudra donc commencer par résister. C’est en ce sens que les Bleus passeront, ce vendredi, le premier test immense de cohésion de leur aventure naissante. Après deux victoires, même étriquées, l’attente est grande. À eux de jouer.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?