Damien Traille : «Le Millennium ? C'est unique au monde»

  • Damien Traille : «Le Millennium ? C'est unique au monde»
    Damien Traille : «Le Millennium ? C'est unique au monde»
Publié le , mis à jour

Damien Traille, 86 sélections, parle du Principality Stadium (anciennement Millennium Stadium) comme du plus beau stade dans lequel il aurait joué…

Comment décririez-vous l’atmosphère qui règne dans le, feu, Millennium Stadium ?

C’est l’un des plus beaux… Non en fait c’est le plus beau stade dans lequel j’ai joué. Les raisons ? Son emplacement au cœur de la ville, son toit fermé et surtout la proximité des supporters par rapport au terrain ! On y ressent une ferveur particulière, surtout quand on joue face aux Gallois. Le moment le où tu foules la pelouse et que tu entends le brouhaha, tu ressens vraiment la pression du public qui pousse derrière son équipe nationale.

Justement cette pression galvanise ou peut couper les jambes des joueurs ?

Ça dépend… La première fois ça surprend d’avoir une telle ambiance. L’engouement et le bruit qu’on eut y trouver sont uniques dans le monde du rugby. Mais je pense que ça galvanise plus qu’autre chose. Qu’on soit Gallois ou non, ça nous permet de nous surpasser et d’aller chercher des ressources qu’on ne pensait pas avoir.

Vous vous êtes imposés quatre fois en cinq rencontres face aux Gallois au Millennium. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’ambiance vous réussissait…

Oui enfin il ne faut pas négliger qu’on avait surtout avec une très bonne génération. Après c’est sûr qu’il y a eu plus de victoires et des défaites, mais c’est certain que de s’imposer face aux Gallois c’est des moments importants dans une carrière. Alors s’imposer au Millennium c’est exceptionnel !

Les Gallois laissent entrer leurs adversaires quelques secondes avant d’eux-mêmes pénétrer sur la pelouse. Comment le vit-on ?

La première fois ça peut agacer un peu, parce que normalement les protocoles sont censés être respectés. Mais une fois qu’on a compris leur fonctionnement ça devient une habitude et ça permet aux adversaires de se mettre dans l’ambiance. Mais le moment le plus impressionnant intervient au moment où les Gallois entrent sur la pelouse. Là on se rend vraiment compte du soutien qu’ils vont avoir tout au long du match.

Le XV de France se présente avec douze joueurs à moins de dix sélections, quels conseils pourriez-vous leur donner ?

Surtout de faire abstraction de ce qui se passe autour. Ensuite, c’est toujours facile de le dire, mais ils doivent profiter du moment qu’ils vivent. Lors du repérage du terrain d’hier, ils ont dû s’en rendre compte de l’immensité du stade dans lequel ils allaient évoluer… Et encore ils ne l’ont pas vu remplis le jour du match… Après je leur conseille de vivre à fond le moment des hymnes, c’est des minutes particulières. Mais l’essentiel c’est qu’ils se concentrent sur l’objectif qu’est le terrain et qui peut leur permettre, en cas de succès, de vivre un moment exceptionnel de leur carrière. Propos recueillis par Pierrick Ilic-Ruffinatti.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?