Guirado au top, Burban et Slimani déçoivent

  • Guirado au top, Burban et Slimani déçoivent
    Guirado au top, Burban et Slimani déçoivent
Publié le

Dans la fournaise de Cardiff, les avants tricolores ont fait preuve d'un indéniable courage. Ils n'ont pu, pourtant rivaliser avec la puissance des Gallois dans le jeu courant. 

Jefferson Poirot – Mention bien

Quelle activité en défense et dans le jeu au sol ! Auteur de deux ballons grattés (5e, 40e) en première période et plutôt efficace en mêlée fermée, le pilier Bordelais n'a pas démérité à Cardiff. En revanche, il fut coupable d'une maladresse à la 48e minute, laquelle aboutit à l'essai de George North. Pas de quoi ternir sa performance, néanmoins. Le pilier de l'Union Bordeau-Bègles fut remplacé par Vincent Pelo à la 63e minute, lequel montra de belles dispositions balle en mains.

 

Rabah Slimani – En baisse

Le meilleur droitier français fut plutôt discret en première période. Secoué en mêlée fermée par la puissance du pilier gauche des Scarlets Rob Evans (1,86m et 126 kg), il se reprit néanmoins en deuxième période face à l'ancien toulonnais Gethin Jenkins. A court de souffle et pris par la puissance des colosses gallois, le droitier parisien fut ensuite remplacé par le Rochelais Uini Aotonio (63e) qui fut plutôt timide. Le Rochelais ne put vraiment jamais avancer balle en mains.

 

Guilhem Guirado - Impressionnant

Comment fait-il ? Titularisé par Bernard Laporte lors du dernier déplacement des Toulonnais à Oyonnax, Guilhem Guirado n'a pas vraiment eu le temps de s'occuper de lui la semaine dernière. Et pourtant, le capitaine des Bleus fut à Cardiff le meilleur joueur tricolore. Auteur d'un superbe plaquage sur Jamie Roberts en début de match (10e), il n'eut de cesse de porter le ballon pour faire avancer sa « bleusaille ». Quel courage ! Quelle puissance ! Guirado termina la rencontre avec neuf plaquauges réussis, un essai plein de fougue (79e) et un 100 % dans ses lancers. Chapeau, monsieur !

 

Alexandre Flanquart – Hyperactif

Le deuxième ligne parisien n'a pas encore la gestuelle de ses grands rivaux Luke Romano, Sam Whitelock ou Brodie Retallick. Mais en défense, le géant parisien n'a rien à envier aux stars néo-zélandaises. Auteur de huit plaquages, plutôt à l'aise dans les airs où il fut bien nourri par les lancers précis de Guilhem Guirado, Alexandre Flanquart a réussi son match.

 

Paul Jedrasiak -Discret

Le deuxième clermontois fut courageux en défense. Il eut cependant quelques difficultés à imposer sa masse sur les duels, repoussé qu'il fut par les excellents défenseurs gallois. Le jeune deuxième ligne doit donc faire preuve de davantage d'agressivité dans ce domaine, s'il veut rivaliser avec les titans du rugby international. En début de deuxième période, Paul Jedrasiak fut remplacé par Yoann Maestri, actif en défense mais bien trop discret balle en mains pour faire oublier qu'en face, Al-Wyn Jones et Bradley Davies réalisaient un match énorme.

 

Antoine Burban – Dans le dur

Son début de match fut plutôt encourageant, notamment dans le jeu au sol. Assomé ensuite par une charge du capitaine gallois Sam Warburton, le flanker parisien eut néanmoins du mal à retrouver ses esprits, manquant même deux plaquages face aux attaquants gallois. Remplacé par Loann Goujon à la 53e minute, Burban connut donc une soirée assez difficile. Son remplaçant ne se signala ni en bien ni en mal.

 

Wenceslas Lauret – En progrès

Le troisième ligne du Racing 92 a livré à Cardiff le meilleur de ses trois matchs depuis le début du Tournoi des 6 Nations. Auteur de sept plaquages et d'une activité impressionante dans les déblayages et les soutiens, Wenceslas Lauret s'est pourtant montré maladroit balle en mains. L'héritage est certes lourd à porter. Mais force est de constater que Lauret n'a pas encore fait oublier Dusautoir.

 

Damien Chouly – Timide

Belle passe chistera sur le coup d'envoi puis un en-avant lourdeau sous une chandelle. Au pays de Galles, Damien Chouly a alterné le moyen et le médiocre, montrant des difficultés à avancer à l'impact et à s'imposer dans le combat collectif. Blessé, il fut même contraint de laisser sa place en deuxième période à... Camille Chat (63e), qui célébra donc sa deuxième cap au poste de troisième ligne ! Le Racingman fut pénalisé en fin de match pour un ballon non-libéré.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?