Le baromètre des arrières : Plisson s'écroule, Machenaud s'accroche

  • Le baromètre des arrières : Plisson s'écroule, Machenaud s'accroche
    Le baromètre des arrières : Plisson s'écroule, Machenaud s'accroche
Publié le , mis à jour

Si Machenaud et Plisson ont été en retrait, c'est tous les attaquants tricolores qui n'ont pas su prendre l'ascendant que leurs adversaires. 

Maxime Machenaud : S’il a tenté de dynamiser le jeu, le demi de mêlée tricolore n’a pas totalement confirmé sa bonne enrée en jeu contre l’Irlande. il éest raté sous une chandelle (2e) avant de manquer un plaquage sur Davies. Mais au fil des minutes, il n'a pas simplement cherché à accélérer le jeu des Bleus. Il a pris plus d'initiatives et a davantage provoqué le rideau gallois. Dynamique, son physique a pesé sans être totalement déterminant 

Jules Plisson : un début de match difficile avec une passe directement en touche (1ere), une pénalité ratée et un coup franc expédié en touche… Que dire du cadeau qu’il fit à Georges North sur son essai avec une « magnifique » passe au pied pour décaler l’ailer gallois qui n’en demandait pas tant. Son maltch a longtemps ressemblé à un naufrage tant Plisson fut incapable d’attaquer la ligne davantage. Son remplaçant, François Trinh-Duc a largement contribué à relancer les Bleus, plus agressif, plus solide et finalement plus juste 

Djibril Camara : Longtemps en retrait, le Parisien n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Il n’est pour rien sur la passe manquée de Plisson qui lui était adressée (1ere). Le reste du match ne lui a pas permis de se mettre en évidence. Pourtant, les rares choses qu’il eut à faire ont été gérée avec générosité et détermination. N’était le jeu aérien…

Jonathan Danty : Un contexte difficile et une opposition musclée. Du coup, le Parisien est longtemps apparu en dedans, discret et emprunté. Concentré sur les tâches défensives et « perdu »  offensivement. Il perd un ballon (20e) et concède une simple pénalité pour un plaquage dangereux. En fin de rencontre, il s’est montré plus entreprenant.

Maxime Mermoz : Discret et pas vraiment à son aise dans un jeu à une passe. Il s’est attaché à couper les extérieurs aux attaquants gallois, quitte à rater des plaquages. Pas grand-chose à se reprocher et encore moins d’éléments à son actif. Le match cadenassé n’a pas joué en sa faveur. Remplacé par Gaël Fickou qui fut plus entreprenant en fin de rencontre. Le toulousain a davantage cherché à agresser la ligne davantage, plus offensif et surtout plus efficace.

Virimi Vakatawa : Dominé et tout simplement battu dans le jeu aérien, l’ailier du XV de France s’est ensuite employé sur le front  de l’attaque pour renverser la tendance. Auteur d’une énorme débauche d’énergie, quitte à surjouer, il n’a pas fait la différence. Trop surveillé par la défense galloise.

Maxime Medard : il ne s’est jamais imposé sur les ballons hauts et dans les duels aériens. Le toulousain a souffert de la comparaison. D’autant qu’il n’est pas parvenu à faire la différence offensivement, «lâchant » les ballons souvent trop tard. A son actif une intervention décisive, pour empêcher l’essai gallois en début de match alors que Vakatawa était battu. Remplacé par Sébastien Bézy qui a tenté d’apporter du dynamisme malgré le peu d’occasions offertes.

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?