Une défaite et des questions

  • Une défaite et des questions
    Une défaite et des questions
Publié le , mis à jour

Retour en questions sur la performance des Bleus face au Pays de Galles

Les Bleus ont-ils répondu au défi physique des Gallois ?

Paradoxalement, si Guirado et ses partenaires ont donné l’impression de maîtriser leur organisation défensive, ils ont tout de même raté douze plaquages en première mi-temps. Un chiffre pharaonique. Les Français ont souvent subi les impacts, notamment au centre du terrain face à Jamie Roberts. Sur cinq plaquages tentés, Maxime Mermoz en a raté quatre à la pause… Le troisième ligne Antoine Burban, lui, a même été sévèrement secoué sur une charge du capitaine gallois Sam Warburton (28e). Le flanker du Stade français a été contraint de quitter ses partenaires quelques instants afin de subir un protocole commotion, avant de revenir en jeu (36e). Heureusement, si les Gallois ont franchi le premier rideau à deux reprises durant cette période, ils n’ont jamais concrétisé. Malheureusement, en seconde période, à l’exception du gros temps fort tricolore (51e-63e), la puissance galloise s’est davantage faite ressentir. Avec des conséquences inévitables…

A quel moment les Bleus ont-ils été les plus dangereux ?

Après avoir encaissé le premier essai de la rencontre par George North (16-3, 46e), les Bleus ont eu un énorme temps fort. Douze minutes de jeu (entre la 51e et la 63e) passées dans les 22 mètres gallois. Douze minutes d’une intense domination. À deux reprises, les Tricolores ont terminé sur la ligne d’en-but galloise. En vain. À plusieurs reprises, ils ont fait le choix de ne pas prendre les points aux pieds offerts par l’arbitre anglais Wayne Barnes. Des choix audacieux mais pas récompensés par un manque, sans doute, de créativité et un déficit de puissance.

Comment se sont comportés les deux néo-capés, Djibril Camara et Vincent Pelo ?

L’ailier du Stade français a disputé l’intégralité de la rencontre sur son aile. Globalement, il a peu apporté sur le plan offensif. Mais, il n’a pas eu à rougir dans le défi physique. Au contraire. Seulement, il n’a jamais vraiment réussi à se défaire de la défense galloise. À son débit, un mauvais placement sur un superbe jeu au pied de Dan Biggar (18e). Le Rochelais Vincent Pelo, entré en jeu à la 63e minute de jeu à la place de Poirot a réalisé une bonne charge (68e), ballon en main. Mais il a semblé souffrir du rythme de la rencontre.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?