Médard : «Nous avons besoin d'apprendre»

  • Médard : «Nous avons besoin d'apprendre»
    Médard : «Nous avons besoin d'apprendre»
Publié le , mis à jour

Dans les couloirs du Principality Stadium les Bleus étaient partagés. Extrêmement déçus de cette première défaite et des lacunes affichées dans certains secteurs, mais aussi conscients qu'ils sont en pleine reconstruction. L'arrière Maxime Médard nous a livré son sentiment à la sortie du es vestiaires. 

A chaud, quelle analyse faites-vous de cette rencontre ? 

Beaucoup de choses ont péché, il faut l'avouer. Cet essai assassin nous fait beaucoup de mal (North, 46e, N.D.L.R.)... Nous étions seulement menés 6-3 à la mi-temps, puis au retour des vestiaires nous avons pris trois points et cet essai en contre. Ce sont probablement les dix premières minutes de la deuxième période qui nous coûtent le match.

 Quel sentiment prédomine à l'issue de cette défaite ?

Nous sommes déçus car nous avons mis du cœur dans ce match. Nous aurions pu faire mieux, nous le savons. Certains secteurs n'ont pas fonctionné et même si nous nous sommes montrés moins réalistes qu'eux, j'ai le sentiment que nous avons été plus dangereux. Nous sommes restés sur leurs cinq mètres pendant près de quinze minutes ! Nous avons répondus présents sur le plan physique aussi.Tout n'est pas à jeter. Cette équipe est jeune et des matchs comme celui-là lui font du bien.

Comment expliquez-vous votre incapacité à scorer pendant ces douze minutes près de la ligne d'en-but galloise ?

Je ne sais pas vraiment l'expliquer. Nous avons beaucoup tenté, par des touches, par des mêlées, mais ne sommes pas parvenus à trouver la faille.

Pourquoi avoir décidé de taper les pénalités en touche et non pas de les tenter à ce moment-là ?

C'est un choix de notre capitaine. Nous l'avons suivi à fond parce que nous pensions qu'il y avait la place de faire quelque chose. Contre l'Irlande, cette audace nous avait souri. Là, cela n'a pas fonctionné mais ça fait partie du jeu. 

Vous avez été particulièrement gênés sous les ballons hauts. Que s'est-il passé ?

C'est un secteur dans lequel nous n'avons pas brillé en effet. Nous en sommes très déçus parce qu'on l'avait bien travaillé durant toute la semaine. On s'y attendait et pourtant, on a subi. Il va falloir continuer à bosser.

Ce premier revers est-il un obstacle dans la construction de cette nouvelle équipe ?

Je ne pense pas que cette défaite constitue un coup d'arrêt. Nous avons perdu chez une équipe qui a beaucoup d'expérience, qui a gagné deux grands chelems coup sur coup et qui se connaît bien. Au contraire, notre équipe est jeune et elle est constituée de beaucoup de nouveaux joueurs. Nous avons besoin d'apprendre.

Un peu comme ce fut le cas après l'Irlande, c'est plus l'état d'esprit qu'il faut retenir alors ?

C'est ça. L'état d'esprit est là, on le voit. Ça n'a pas payé aujourd'hui mais ça finira bien par porter ses fruits un jour ou l'autre. Le travail paie toujours à un moment. Et nous bossons bien et beaucoup.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?