Lamerat : «Il y a eu des mots forts»

  • Lamerat : «Il y a eu des mots forts»
    Lamerat : «Il y a eu des mots forts»
Publié le , mis à jour

Le trois-quarts centre international du Castres olympique, Rémi Lamerat, très bon face au Racing samedi soir, revient sur l’exploit du week-end.

Comment avez-vous vécu cette victoire à Colombes (13-9) ?

Cette performance nous relance totalement dans la course à la qualification et c’est le plus important. Mais attention, la saison et le chemin sont encore longs. Quand on voit toutes les écuries qui prétendent au Top 6, le boulot est loin d’être achevé mais je pense que si on avait perdu face au Racing, on aurait été peut-être été trop largués pour aspirer à quelque chose…

Quelle fut la clé de cette victoire à l’extérieur ?

L’état d’esprit fut déterminant. En fait, nous voulions nous racheter de notre défaite à domicile du week-end dernier, face à Clermont (28-17). Nous sommes donc très fiers d’avoir relevé la tête, qui plus est une équipe aussi distinguée que le Racing. Mais, encore une fois, on n’a rien gagné. Il faut donc continuer à travailler avec humilité et essayer de se rapprocher le plus possible, et petit à petit, de ces six places qualificatives. Ce serait magnifique.

De quelle façon aviez-vous préparé ce déplacement dans les Hauts de Seine ?

Nous avons beaucoup parlé en début de semaine ; il y a même eu des mots très forts entre le staff et les joueurs. Nous avions besoin de nous resserrer, de repartir sur du travail sérieux, du travail de fond en fermant un petit peu nos gueules à l’entraînement, comme on dit. Chacun a su prendre ses responsabilités et le résultat ne s’est pas fait attendre.

La claque reçue contre Clermont est-elle donc aujourd’hui effacée ?

Je l’espère. Nous avons déçu beaucoup de monde ce jour-là, même s’il y a eu des bonnes choses et qu’on a vu dans le deuxième acte une équipe qui avait faim et envie. Mais on ne peut pas, à ce niveau-là, passer au travers une mi-temps complète comme on l’a fait le week-end dernier. On avait donc à cœur de se racheter. C’est fait. Tant mieux. Passons désormais à autre chose.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?