Garuet : « Il faut que tout le monde pousse dans le même sens »

  • Garuet : « Il faut que tout le monde pousse dans le même sens »
    Garuet : « Il faut que tout le monde pousse dans le même sens »
Publié le , mis à jour

Après l’Assemblée Générale du TPR, qui s’est tenue lundi dans la soirée, Garuet et Dintrans sont les nouveaux noms associés au club. Deux grands du rugby qui s’efforcent à donner un nouvel élan au club. Jean-Pierre Garuet revient sur son nouveau rôle. Quand un Lourdais vient au secours des Tarbais ...

Comment vous-êtes vous retrouvé dans cette situation ?

C’est une proposition qui m’a été faite par le président Nunès, mais aussi des années partagées avec Dintrans, qui est mon parrain. Je suis là pour essayer de faire au mieux pour le devenir du rugby en Bigorre. Il faut aller de l’avant. Pendant des années et des années on est resté en dedans. Traînant les pieds pour ce club départemental. Je me suis dis : « c’est peut être à moi de montrer l’exemple cette fois, en faisant le premier pas. »

Vous devenez Tarbais …

Non, je serai toujours rouge et bleu (FCL). Je l’ai toujours été. Mais le rugby évolue et je crois qu’il faut centraliser si on veut rester au haut niveau. On n’a pas le choix, il faut pas rêver. Philippe et moi avons notre carrière derrière nous, mais il faut penser un peu aux jeunes et à l’avenir. Et surtout leur donner un peu la possibilité d’aller de l’avant. Sinon, c’est la mort du rugby en Bigorre.

Qu’est-ce que vous allez leur apporter ?

Dans la position géographique et géopolitique, c’est Tarbes qui doit faire l’effort d’évoluer. Même si c’était contre nature il y a 10 ou 20 ans. Moi même, je faisais partie de ceux qui traînaient les pieds. Je suis Lourdais comme les autres sont Bagnérais, Auscitains ou encore Palois. Mais maintenant, il faut aller de l’avant et faire un grand club en Bigorre.

C’est donc important pour vous ...

Oui. Il faut que tout le monde pousse dans le même sens.

Concrètement, comment voyez-vous la suite pour le Tarbes?

On ne peut rien au récents problèmes. S’il y a eu faute, il y a eu faute ! Mais il faut que tout le monde adhère à l’esprit. Sinon, on aura plus que quatre clubs. Il faudra aller à Toulouse, à Paris ou à Toulon.

Le TPR est un club formateur, va-t-il y avoir des conséquences ?

Oui, c’est surtout ça qu’il faut sauver. Il y a toujours eu un bon vivier dans la Bigorre et autour. Je crois qu’il faut les inciter à progresser. Car là, ce serait inquiétant si jamais cette formation venait à disparaître. Mais je pense qu’il y a des gens qui en sont suffisamment conscients et de bon défenseurs pour que cela n’arrive pas. Il faut vraiment aider et montrer un peu de bonne volonté.

C’est un avantage d’être un grand nom du rugby ?

Je l’espère. Si j’ai accepté cette main tendue c’est aussi pour cette raison. C’est pour les autres que je le fais.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?