Fin de saison pour Teddy Thomas, Vulivuli en renfort ?

  • Fin de saison pour Teddy Thomas, Vulivuli en renfort ?
    Fin de saison pour Teddy Thomas, Vulivuli en renfort ?
Publié le / Mis à jour le

A nouveau blessé aux ischio-jambiers, Teddy Thomas ne devrait pas rejouer cette saison. Son joker médical pourrait être le Clermontois Albert Vulivuli.

Teddy Thomas (22 ans, 5 sélections) traverse décidément une saison bien difficile. Revenu à la compétition en janvier dernier après six mois d'inactivité, l'ailier international a ensuite démarré la rencontre du Tournoi des 6 Nations face à l'Irlande voici quinze jours (10 à 9) avant de se blesser à nouveau aux ischio-jambiers contre Grenoble, le 20 février dernier. Contrairement aux rumeurs ayant dernièrement circulé à Marcoussis, l'ancien Biarrot ne sera pas opéré des ischio-jambiers, un muscle lui ayant déjà valu une opération chirurgicale, en Floride, en fin d'année dernière. En revanche, le staff médical du Racing 92 a cette fois-ci décidé d'accorder le temps à la cicatrisation de la blessure, «quitte à tirer un trait sur la saison du joueur», nous expliquait en début de semaine un membre du club francilien. Dès lors, Teddy Thomas, qui avait d'ores et déjà fait une croix sur le Tournoi des 6 Nations, ne devrait pas rejouer au rugby avant la saison prochaine. 

Vulivuli ou personne ! 

Selon nos informations, le Racing 92 se serait aujourd'hui mis en quête cette semaine d'un joker médical. Très vite, Albert Vulivuli (30 ans, 11 sélections) pourrait ainsi débarquer dans les Hauts-de-Seine, où il a déjà passé trois saisons de 2010 à 2013. Le polyvalent fidjien, arrivé à Clermont-Ferrand end ébut de saison pour pallier la blessure de Benson Stanley, est actuellement libre de tout contrat puisque l'international néo-zélandais de l'ASMCA est censé reprendre la compétition d'ici dix jours. Pour mémoire, Vuli Vuli (sept titularisations avec Clermont depuis le début de saison) avait rejoint La Rochelle en juin 2013, au moment où les deux Laurent (Travers et Labit), qui souhaitaient alors le conserver dans l'effectif, avaient gagné la banlieue parisienne. Si, pour une raison ou pour une autre, le transfert d'Albert Vulivuli ne pouvait se réaliser, les dirigeants franciliens n'engageraient le moindre joker médical. Vulivuli ou personne, alors ? C'est juste.  

 

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir