Georges Duzan : « Ils sont tombés sur plus fort qu’eux »

  • Georges Duzan : « Ils sont tombés sur plus fort qu’eux »
    Georges Duzan : « Ils sont tombés sur plus fort qu’eux »
Publié le , mis à jour

Georges Duzan, manager de l’équipe de France Fédérale, revient sur la défaite contre l’Irlande. Quelques points sont à revoir et le manager remotive ses troupes pour le prochain match, contre l’Angleterre.

Qu’est ce qui selon vous a manqué face à l’Irlande ?

Le problème d’une manière générale c’est qu’on est rentré dans une nouvelle génération c’est-à-dire que certes il y a beaucoup d’anciens joueurs dans cette équipe de France Fédérale, certains sont passés professionnels, ceux d’Aix en Provence notamment, quelques-uns ont arrêté ce qui fait que pour la première fois on avait 13 nouveaux et 10 anciens alors que les fois précédentes on avait 2/3 pour 1/3 de nouveaux. Il y avait une majorité de joueurs qui découvraient le niveau international et qui ont touché du doigt la différence qu’il pouvait y avoir entre un match surtout de Fédérale 1 et un match de niveau international. Le point faible de ce match, s’est surtout la défense collective qui vient du fait qu’ils ne se connaissent pas et que la préparation pour affronter l’Irlande n’a duré que 4 jours. Alors oui l’expérience a joué mais on ne peut pas leur reprocher leur investissement, ils sont tombés sur plus fort qu’eux face à l’Irlande, c’est tout.

Est-ce qu’ils sont donc préparés mentalement pour affronter une équipe comme l’Angleterre ?

Les 10 nouveaux qui ont déjà goûté à ce niveau face à l’Irlande seront un peu plus près que les autres c’est sûr de là à dire qu’on va les battre chez eux, c’est une autre histoire. Mais j’espère qu’on rivalisera et qu’on fera honneur au maillot.

Physiquement comment se déroule cette préparation ?

Notre travail va beaucoup sur basé sur la vidéo du match qu’on a fait face à l’Irlande. On va devoir corriger les défauts récurrents, travailler la défense qui a été un de nos principaux point faible face à cette équipe irlandaise.

Le jeu au pied justement a été un point faible face à l’Irlande comment l’expliquez-vous ?

Le jeu au pied, le jeu au pied… C’est-à-dire qu’on a notre demi d’ouverture titulaire, Stéphane Guénin, qui est sorti au bout de 20 minutes à partir de là c’était le seul ouvreur de métier et surtout polyvalent qui peut jouer demi de mêlée et demi d’ouverture qui découvrait aussi le niveau international et sa sortie n’a donc pas arrangé les choses.

Vous avez effectué trois changements, pourquoi ces choix ?

On a fait trois changements pour donner la chance a tout le monde. Il faut savoir tout d’abord que Jean-Baptiste Lagain a été sanctionné en prenant un carton rouge en championnat le week-end dernier avec Tyrosse face à Soyaux Angoulême, il ne pourra donc pas jouer ce match face à l’Angleterre. Ensuite on avait des joueurs qui étaient très proches avec ceux qui avaient joué face à l’Irlande, on voulait donc les faire jouer. On a le pilier droit, Arnaud Etchegaray, qui a déjà joué en fédérale, ensuite en deuxième ligne, on avait un joueur qu’on avait déjà vu plusieurs fois en stage, Etienne Delangle, proche des titulaires et le troisième Jean-Michel Tauzin qui est lui aussi très proche des titulaires et qui mérite qu’on lui donne sa chance. Mais la majorité du groupe a été conservée.

Les joueurs jouent donc leur dernier match face à l’Angleterre, est-ce qu’ils en sortent grandis tout de même de cette expérience ? Y’a-t-il eu un topo de fait avec ces joueurs qui pour la plupart ont donc goûté au « haut » niveau ?

On a beau leur dire ce que l’on veut comme « ça va être différent » et « que le rythme ne va pas être le même », tant qu’ils n’auront pas touché du doigt ces lacunes au niveau international ils ne s’en rendront vraiment jamais compte, mais je ne sais pas si encore aujourd’hui ils en prennent vraiment conscience. Ils en prennent vraiment conscience à la fin du match. Ils ont été prévenus que l’intensité et le niveau seraient élevés que ça n’allait pas du tout jouer de la même manière comme les matches qu’ils font le dimanche en fédérale. C’est beaucoup plus rude, serré, fermé. C’est un jeu qui est intense. Mais encore une fois ce que nous pourrons jamais leur reprocher c’est leur investissement, parce qu’ils ont vraiment fait ce qu’ils pouvaient contre l’Irlande. Après aussi il faut voir la façon dont sont sélectionnés les autres nations, l’Irlande et l’Angleterre. L’année dernière on a battu l’Irlande 31 à 17 à l’Aviva Stadium. Mais il faut bien préciser qu’on a toujours dit qu’on sélectionnait des gens en fédérale et là je pense que les Irlandais avaient pris des jeunes qui sont en académie ce qui correspond chez nous à nos espoirs qui sont dans les clubs de formation. Ce n’est pas tant une question d’expérience mais c’est comme si aujourd’hui nous, on allait à Montferrand ou à Bègles chercher les jeunes, ça n’a rien à voir.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?