Pujol : « un match de référence »

  • Pujol : « un match de référence »
    Pujol : « un match de référence »
Publié le , mis à jour

Jean Bernard Pujol, ailier catalan revient sur la victoire de l’USAP, hier soir à Aimé Giral

Propos recueillis par Julien Louis et retranscrits par S.T.-N.

Belle victoire pour vous ce soir ?

Oui c’est une belle victoire. Plus particulièrement en deuxième mi-temps où, les Biterrois explosent physiquement et nous, on prend le dessus. On enchaîne les temps de jeu, et on prend le bonus, donc oui c’est très bien. Mais même en première mi-temps, nous avons bien joué nous avons fait des choses cohérentes et sans s’affoler on est allé prendre trois points par trois points. On savait qu’ils allaient craquer en deuxième mi-temps et nous de notre côté on n’a rien lâché.

C’est encore un match bien construit avec la mêlée et derrière la concrétisation en fin de match ?

Quand la mêlée avance comme ça, et en conquête, globalement c’est plus facile pour nous de jouer derrière. Donc c’est sûr que cela change le jeu. Le seul point négatif c’est sur les renvois, que ce soit devant ou derrière, ils nous compliquaient la tâche.

C’est la confiance qui est revenue ?

On a gagné de bons matchs. Après des grosses victoires à Aimé-Giral on a tendance à s’enflammer et faire des matchs médiocres. Donc ce soir on va savourer tranquillement et ne pas se prendre la tête. On est déjà passé par des moments comme ça, et derrière on a pris des claques.

Vous faites une belle opération au classement, on est à deux points de la troisième place ?

Oui, il faudra voir aussi ce que font les autres. Mais c’est très bien, on prend cinq points sur deux matchs.

Est-ce que vous pouvez parler d’un match référence, c’est peut-être le match le plus construit de la saison ?

Oui je pense. J’ai quand même trouvé Béziers fatigué physiquement. Lyon est aussi un match de référence, car on avait réussi à revenir quand ils avaient marqué. Mais oui c’est un très gros match.

Il vous faut des matchs avec un gros enjeu ? On dirait que vous avez plus de caractère sur ce genre de match.

Oui c’est un peu notre faiblesse. Quand on cette petite appréhension on arrive à se sublimer et à être plus précis sur les choses que l’on fait. Et inversement, quand on affronte des équipes plus faibles on a tendance à se relâcher. On doit travailler sur ce point.

Cet un match où vous n’avez pas été déstabilisés ?

Quand ils reviennent à 15-13 un peu. Mais on est allé chez eux, et on savait que ça allait payer. Et quand on a la touche et la mêlée qui vont bien, le rugby c’est facile.

Ce quatrième essai, il y avait cet élan de groupe ?

On était à la 74e minute, le capitaine nous a dit il manque un essai. Donc on s’est mis en mode combat et on a dit on va le chercher. C’est très bien pour la suite.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?