Dans un mouchoir de poche

  • Dans un mouchoir de poche
    Dans un mouchoir de poche
Publié le , mis à jour

La Bièvre-saint-geoirs - fédérale 3 : Relégable depuis le début de saison, le club respire depuis trois journées et n’est pas loin de la qualification. Mais dans une poule où l’écart entre le quatrième et le dernier n’est que de huit points, il n’est pas question de s’emballer.

Par Sébastien Fiatte

À cinq journées de la fin du championnat, en comptant le match en retard à disputer au Puy ce dimanche, La Bièvre-Saint-Geoirs peut encore rêver de qualification. Elle pointe en effet à deux points du quatrième, son voisin alpin, Pont-de-Claix. Mais ne le dites surtout pas à l’entraîneur, Olivier Buria. Il ne veut pas en entendre parler. « Nous allons rester humbles et ne parler que de maintien », tranche-t-il. Ce faisant, il ne fait pas du bluff comme un célèbre entraîneur de foot fan d’eau minérale. La Bièvre-Saint-Geoirs revient de loin, et ne veut surtout pas y retourner !

Il y a trois journées de cela, l’équipe émargeait encore dans la zone de relégation, qu’elle n’avait pas quittée depuis le début de saison. Elle en est sortie grâce en battant Annonay, alors leader, avant de confirmer contre le deuxième, Vinay, puis Bourg-lès-Valence, un concurrent direct pour le maintien, le week-end dernier. Mais la situation reste précaire. La poule 13 de Fédérale 3 est particulièrement homogène. L’écart entre le quatrième Pont-de-Claix et le dernier, Véore, n’est que de huit points. Hormis Voiron, Vinay et Annonay, les sept autres équipes ont de bonnes raisons de regarder dans le rétroviseur avec fébrilité. « Sans être prétentieux, nous valions sûrement mieux que notre classement, juge l’entraîneur. Mais nous avons eu ce que nous méritions. C’est agréable d’être sortis de la zone rouge mais on peut y retourner très vite. »

Changer les mentalités

Dimanche, les Alpins vont retrouver l’équipe qui les avait plongés dans le doute lors de la phase aller. Après trois défaites initiales contre les trois premiers de la poule pour commencer le championnat, ils s’étaient pris les pieds dans le tapis à domicile contre Le Puy. Devant à la mi-temps

(12-3), ils avaient dégoupillé après la pause

(15-22 au final). « Nous avons mis tout ce temps-là pour nous en relever. Il a fallu beaucoup travailler sur les hommes et le groupe, tant sur le plan rugby que sur le plan mental. »

Le staff s’est également attaché à changer les mentalités après deux premiers matchs heurtés contre ses voisins, Voiron et Vinay. Plus solidaire qu’en début de saison, l’équipe se montre également plus disciplinée. Et les résultats ont suivi. « Nous avons mis en avant que le gagnant d’un match serait le moins pénalisé. Nous annonçons les statistiques à la mi-temps. Maintenant, individuellement, les joueurs sont fiers de ne pas avoir été pénalisés. Auparavant, ce n’était pas un critère de distinction pour eux. » Dimanche, il leur faudra encore redoubler d’efforts. Outre les blessures, quatre titulaires ne sont pas disponibles pour disputer ce match en retard…

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?