Parra : « Pas de pitié à avoir »

  • Parra : « Pas de pitié à avoir »
    Parra : « Pas de pitié à avoir »
Publié le / Mis à jour le

Parfait dans l’animation du jeu et auteur d’un 100 % dans son rôle de buteur, le demi de mêlée de l’ASMCA semble, à l’image de cette dernière, revenu à son meilleur niveau.

D’entrée de jeu, on a senti votre équipe très déterminée. Avez-vous le souvenir d’une entame aussi parfaite dans votre carrière ?

C’est rare, c’est sûr… Grenoble sortait d’une belle victoire à Paris : il fallait être conscient du défi qui allait nous être proposé, et se préparer en conséquence. Si on nous avait dit avant le match que nous allions l’emporter avec le bonus offensif, nous aurions signé tout de suite !

Contrairement au Racing contre ce même adversaire voilà quinze jours, vous avez également su tuer le match très vite, en vous montrant sans pitié pour le FCG…

En rugby, il n’y a pas de pitié à avoir. Les équipes qui sont venues nous battre au Michelin n’ont pas eu de pitié pour nous, et elles ont bien fait. Tout ce qui nous restait à faire, c’est de rattraper ces points perdus à l’extérieur. Nous sommes heureux d’y être parvenus ce soir.

Vous avez trouvé la faille au large, essentiellement sur des ballons de récupération. Cela faisait-il partie de votre plan ?

Il faut féliciter nos trois-quarts. Sur chaque ballon égaré par Grenoble ou presque, ils ont fait quine… Cela nous a fait du bien au moral, et récompensé notre bonne défense. Mais c’est toute l’équipe qu’il faut féliciter : nos avants ont bien contrarié la conquête grenobloise et permis de négocier des ballons propres. En défense, l’état d’esprit collectif a également été exemplaire. Même lorsque nous menions largement en deuxième mi-temps, l’équipe a défendu sa ligne le plus longtemps possible.

Avez-vous réalisé votre match référence dans l’optique de la fin de saison ?

Tout n’est pas parfait, loin s’en faut ! Nous avons concédé deux essais, nous n’avons pas su marquer en début de deuxième période, nous avons commis beaucoup de fautes (14 au total, NDLR). Après chaque match, il y a des choses à revoir. Celui-ci ne fait pas exception à la règle. On se remet tout doucement après cette mauvaise période où tout le monde nous avait enterrés, alors il ne faut pas s’enflammer. Avant les barrages ou une éventuelle demi-finale, la route est encore très longue…

Wesley Fofana et Scott Spedding ont été rappelés par le XV de France pour préparer le déplacement en Écosse. On suppose que vous attendez impatiemment votre tour…

Je ne me prends pas la tête avec ça… Il y a un groupe en place depuis le début de la compétition, c’est normal que le staff souhaite travailler avec lui. Si je veux y revenir, c’est à moi d’effectuer des gros matchs avec mon club, et de prendre un maximum de plaisir avec Clermont.

Un mot sur Noa Nakaitaci, auteur d’un triplé et qui, comme vous, espère avoir sa chance ?

Quand il est comme ça, Noa apporte énormément à l’équipe. Tous les joueurs l’ont beaucoup aidé, nous avons toujours eu confiance en lui. C’était important de le lui démontrer. Aujourd’hui, il est de nouveau bien dans ses baskets. C’est très bien pour lui, comme pour nous.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir