Herm-Dax : l'indispensable ralliement ?

Fières de leur passé mais tournées vers l’avenir, les Pachy’s d'Herm densifient leurs structures

Comme d’autres structures féminines qui ont intégré le giron de clubs pros, les Hermoises vont-elles se rallier à l’US dacquoise ? La question n’est pas nouvelle, mais le président Jean-Pierre Lafitte veut croire que l’intégration est en marche. De fait, les Pachy’s d’Herm bénéficient déjà des installations dacquoises Colette Besson où elles côtoient les pros de l’USD. De l’avis général, ce ralliement est indispensable pour permettre aux féminines de poursuivre leur évolution et d’atteindre leur objectif d’accéder à l’Élite 2. « Certes, Herm est un club historique, mais l’avenir se prépare avec le présent », prophétise la manager sportive Katia Bonnot qui souligne les qualités individuelles et collectives d’un groupe seniors de 22 ans de moyenne d’âge. Les résultats des Landaises de la capitaine Cindy Turquin, entraînées par Olivier Lhandes, Laurent Séguéla et Coralie Semonsut sont probants, la qualification est acquise, mais les « Pachy’s » sont fortes aussi de leurs jeunes joueuses dont Philippe (Titou) Prosper a la charge avec le soutien d’Hervé Martial.

De la complémentarité

42 cadettes licenciées, c’est exceptionnel à l’échelle de ce club. 17 d’entre elles vont monter en seniors et 5 : Léa Murie, Lucie Vinacua, Laura Dassé, Cindy De Albreu et Amélie Stoffaes, sont sélectionnées en Atlantique-Sud qui jouait ce week-end la demi-finale du championnat de France. « Nous devons mettre l’accent sur la présence en section sportive du lycée Borda de Dax, de plusieurs cadettes, indique Jean-Pierre Lafitte. Notre travail au club où des joueurs professionnels viennent chaque semaine participer aux ateliers, et celui du lycée sont très complémentaires. » Cependant, les Hermois (es) n’en restent pas là. Ils anticipent sur les obligations en cas de montée et dans cette perspective, le président, comme Katia Bonnot, se félicite de la création d’une équipe filles minimes sous l’appellation « Grand Dax ». Une passerelle qui sera prochainement très fréquentée. En vérité cette politique répond au credo de Katia Bonnot : « Entre Bayonne et Bordeaux, nous devons représenter un attrait sportif pour nos jeunes, notamment après le bac. » Les conditions sont réunies. G. P.