Pour sauver une place…

  • Pour sauver une place…
    Pour sauver une place…
Publié le , mis à jour

Les Casteljalousains doivent sauver leur peau face à Saint-Jean-de-Luz, s’ils ne veulent pas se retrouver en Fédérale 3

CASTELJALOUX – SAINT JEAN DE LUZ

À Casteljaloux, les compteurs ne sont pas au beau fixe… Les week-ends se suivent et les Lot-et-Garonnais s’enfoncent inéluctablement dans le bas du classement.

Il y a quinze jours, sur le retour de Lourdes, le président Luc de La Bardonnie, a eu une discussion avec ses coachs, Franck Tauzin et Emmanuel Guichard. Avec eux, il a convenu qu’un électrochoc devait avoir lieu dans l’équipe pour sauver ce qui pouvait encore l’être : « Les résultats ne sont plus au rendez-vous depuis un certain temps, confie le patron du club. Le moral des joueurs était à la baisse et les coachs eux-mêmes commençaient à se lasser. Après la défaite à Lourdes, nous avons longuement discuté. Il nous a paru très clair qu’il était urgent de donner un autre tempo à l’équipe, de lui proposer un nouveau discours… »

Du coup, trois joueurs se sont détachés du groupe pour prendre un peu de galon : « Nous n’avons pas nommé d’entraîneurs à proprement parler, confie Luc de La Bardonnie. Trois joueurs, Martin Lauga, Sébastien Delage et Joël, mon fils, se sont détachés. Avec Patrick Hollevoet, ils assurent donc l’intérim… L’objectif est de garder les troupes mobilisées. Nous aimerions au moins finir neuvièmes en espérant qu’un club de Fédérale 2 soit relégué administrativement… Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. »

Et ce week-end, les hommes du Lot-et-Garonne vont devoir réagir s’ils veulent garder le moral. Face à Saint-Jean-de-Luz, le combat sera assurément déséquilibré, mais les mal classés vont s’accrocher pour tenter de déjouer les pronostics : « Le groupe adhère bien au discours des joueurs qui ont remplacé les anciens coachs. Le week-end dernier, face à un club à notre portée, nous nous sommes inclinés d’un rien… C’est malheureusement très souvent le cas cette saison. Face aux Luziens, nous savons que ce sera difficile, mais pourquoi pas faire un coup ? Il ne faut pas le dire, sourit le président. Mais si on peut le faire, on le fera… J’ai confiance en mon équipe qui réagit bien dans l’adversité. Je suis également heureux de voir qu’il y a une belle participation à l’entraînement. Nous allons tout faire pour sauver notre peau en Fédérale 2. Et si nous n’y parvenons pas, c’est peut-être tout simplement que notre place est en Fédérale 3. En tout cas, nous ne lâcherons rien ! »

Saint-Jean-de-Luz, gros caïd de la poule, partira forcément favori. Mais les Basques sont au repos forcés depuis trois matchs… On peut donc se demander si le manque de rythme ne sera pas préjudiciable pour les hommes de Serge Milhas ?

Quoi qu’il en soit, les joueurs du S.J.L.O. se tiendront forcément sur leurs gardes en se déplaçant chez des Casteljalousains touchés mais pas encore coulés… À suivre.

Par Mathilde LACROUTS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?