Les grands 9 de demain

  • Les grands 9 de demain
    Les grands 9 de demain
Publié le , mis à jour

Ils ont moins de 23 ans, évoluent dans des clubs de Top 14 et sont pétris de talents. Présentation de quatre demis de mêlée français promis à un bel avenir. Tour d'horizon

Antoine Dupont (Castres) : l'impact-player de luxe

Formé à Auch, Antoine Dupont (19 ans) a débarqué à Castres avant sa majorité. Très élogieux à son sujet, les entraîneurs du CO ont dû prendre leur mal en patience et attendre ses dix-huit ans pour pouvoir enfin l'aligner sur une feuille de match, conformément au règlement. Dès sa grande première, au Stade français, en janvier 2015, l'international jeunes a étourdi ses adversaires et les observateurs par son culot, sa vista et ses prédispositions physiques (1,74 m, 83 kg). Doté d'une belle capacité d'accélération et d'une puissance rare pour un joueur de son âge, il s'est imposé comme un impact-player de luxe derrière Rory Kockott cette saison (huit entrées en jeu pour une titularisation). Si sa fougue peut nuire à sa lucidité, Antoine Dupont n'en demeure pas moins un grand espoir au potentiel immense. Le Stade toulousain a d'ores et déjà approché le Tarnais et ce, même s'il est lié jusqu'en juin 2017 avec le CO...

Arthur Retière (Racing 92) : à l'école du VII

On le présente comme le grand numéro 9 de demain. Arthur Retière (18 ans), fils du directeur technique national du rugby français, a épaté tout son monde dès ses premières apparitions en sélections jeunes. Ses impressionnantes qualités d'accélération constituent son gros point fort. Le demi de mêlée du Racing 92 a ainsi mené à toute vitesse les Bleuets au titre de champion d'Europe des moins de 18 ans en avril 2015. Une année également marquée par la médaille d'or obtenue aux championnats olympiques de la jeunesse. Appelé avec la sélection des moins de 20 ans pour préparer le Tournoi des 6 Nations de la catégorie, ce monstre de précocité a finalement rejoint le VII de France en janvier. Le supersonique demi de mêlée a réalisé des prestations fracassantes sur le circuit mondial, remplaçant avec brio le taulier Terry Bouhraoua. Les JO de Rio lui tendent les bras. Avant, sans nul doute, de découvrir le Top 14...

Thibault Daubagna (Pau) : dans le grand bain

Pur produit de la formation paloise depuis ses premiers pas en mini-poussins, Thibault Daubagnat (21 ans) s'est imposé comme une des révélations du Top 14 version 2015-2016. A l'occasion de ses deux premières saisons en Pro D2, il avait cumulé seulement huit titularisations. Depuis sa découverte de l'élite, il s'est affirmé comme un premier choix au poste avec d'ores et déjà neuf titularisations toutes compétitions confondues à un poste où la concurrence s'avère fournie avec Marques, Lacrampe et Moa. Passé par les équipes de Frances jeunes, sans pour autant avoir été considéré comme un des plus grands espoirs de sa génération, le Béarnais a vu sa progression s'accélérer au contact du plus haut niveau. Sa technique, très propre, et ses qualités de vitesse sont désormais craintes par toutes les défenses adverses. Le départ de Samuel Marques à Toulouse cet été devrait lui dégager l'horizon.

Anthony Méric (Toulon) : le quatrième élément

A 18 ans, il était déjà convoqué avec les moins de 20 ans et a participé activement au grand chelem 2014. Un an après, il s'était imposé comme un cadre majeur de la sélection avec cinq titularisations en autant de rencontres. Anthony Méric (20 ans) est promis à un grand avenir. Mais à l'instar de son coéquipier sur la rade, l'ouvreur Anthony Belleau, le demi de mêlée d'origine montalbanaise a pour l'heure très peu goûté à la première division. Sa carrière en Top 14 se résume à trois petites entrées en jeu, dont deux cette saison. Derrière les Pélissié, Escande et Tillous-Borde, Anthony Méric continue d'apprendre avec les espoirs du club varois et attend son heure. Sa technique et son intelligence de jeu devraient lui permettre de passer le cap sans trop de difficultés.

 

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?