Les cinq coups de gueule de Bouscatel

  • Les cinq coups de gueule de Bouscatel
    Les cinq coups de gueule de Bouscatel
Publié le , mis à jour

Lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match, René Bouscatel président du Stade Toulousain a pris la parole pour exprimer son mécontentement à propos de la ligue, des doublons mais aussi de ses concurrents. midi-olympique.fr a retenu le meilleur de son discours.

« Un championnat où il y aura déjà neuf doublons sur les quinze premiers matchs ne me paraît pas équitable. Il est de plus dévalorisé si les meilleurs joueurs ne sont pas sur le terrain. Sauf, bien entendu, si l’on préfère le recrutement de joueurs étrangers contre lequel la Ligue semble se battre sans qu’on en voit le résultat ».

« Il faut réduire le nombre de matchs et donc très certainement venir vers un Top 12, tout en faisant sorte de ne pas jouer pendant les périodes internationales ».

« Pour récupérer des points, certains clubs La règle sur les JIFF (NDLR : joueurs issus des filières de formation), qui sont autant de mains tendus aux clubs qui ne jouent pas le jeu et qui pénalisent les autres

« La ligue a donné la possibilité d’exclure les primes de finales des 10 millions d’euros réglementaires. L’an dernier, cette exclusion représentait entre 20 et 40% de la masse salariale de certains clubs qui ont pu sortir 2, 3 voire 4 millions. Mais par contre, quand vous avez des joueurs sélectionnés, vous pouvez dépasser le plafond de 100 000€ par international. Vous voyez l’aberration ».

« Est-ce qu’un club fortuné n’a pas intérêt à ne pas respecter les règles et même a être sanctionné financièrement de quelques centaines de milliers d’euros plutôt que d’avoir le nombre de JIFF requis sur la feuille de match, comme nous le faisons et comme le font d’autres clubs ».

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?